Incident grave et suspension des tests au Brésil — Vaccin chinois

Share

Le laboratoire chinois Sinovac Biotech s'est dit mardi confiant dans la sûreté de son vaccin expérimental contre le Covid-19 malgré la suspension d'un essai clinique au Brésil à la suite d'un "incident grave".

"Encore une victoire pour Jair Bolsonaro", a écrit sur Facebook le chef de l'État, en réponse à un internaute qui lui demandait si le gouvernement accepterait d'acquérir ou de produire localement le vaccin en question si son efficacité était prouvée.

L'Agence de vigilance sanitaire (Anvisa) du Brésil " a décidé d'interrompre l'essai clinique du vaccin CoronaVac après un incident grave " le 29 octobre, a-t-elle annoncé dans un communiqué lundi. Sans fournir de détails sur ce qui s'est passé, l'Anvisa liste dans un communiqué ce que ce type d'incidents peut inclure: la mort, des effets secondaires potentiellement fatals, une invalidité grave, une hospitalisation, une anomalie congénitale, un soupçon de transmission d'un agent infectieux au moyen d'un dispositif médical et d'autres "événements cliniquement significatifs".

Читайте также: Haut-Rhin: un message militaire allemand retrouvé 110 ans plus tard

Ce vaccin chinois est au centre d'un bras de fer politique entre Jair Bolsonaro et Joao Doria, gouverneur de l'État de Sao Paulo, qui gère l'institut Butantan, et qui en a activement fait la promotion. Le Brésil avait été le premier pays à lancer fin juillet les tests de phase 3 du CoronaVac, dernière étape avant l'homologation d'un vaccin. Ils sont en phase 3 des tests, le dernier stade avant qu'ils n'obtiennent le feu vert ou non des autorités réglementaires.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que l'incident impliquant le volontaire brésilien n'avait aucun lien avec le vaccin CoronaVac. Il a assuré que son pays n'allait "pas acheter un vaccin qui n'intéresse personne", lui préférant celui développé par l'université d'Oxford avec la société pharmaceutique britannique AstraZeneca.

L'essai avait été suspendu mondialement le 6 septembre, mais avait repris au bout de quelques jours au Royaume-Uni et dans les semaines suivantes en Afrique du Sud, au Brésil au Japon et enfin aux Etats-Unis, les diverses autorités sanitaires estimant que le vaccin était sans danger, la maladie n'étant apparemment pas liée au vaccin. Il justifiait sa décision sur le fait que la Chine était "très discréditée" car "le virus y est né".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2021 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Share