Fronde du peloton pour une étape réduite de moitié

Share

Le peloton du Giro de mauvaise humeur: une manifestation des coureurs a entraîné une diminution drastique de la 19e étape, raccourcie de plus d'une centaine de kilomètres, par rapport à son excessive longueur de départ, vendredi, à Morbegno (nord).

Cette 20e étape, qui a dû renoncer aux principaux cols prévus (Agnel et Izoard surtout) en raison du refus de l'autorité préfectorale française à cause du Covid-19, sera longue de 198 km entre Alba et Sestriere. A leur arrivée sur les lieux, le maillot rose australien Jai Hindley (Sunweb) et les 168 autres concurrents encore en course ont donc demandé à voir expressément les organisateurs afin de reprendre des discussions entamées dès jeudi soir à l'issue de la 18eme étape. Plus que jamais, un sprint massif semble donc une issue assez probable pour le plus grand plaisir d'Arnaud Démare, déjà vainqueur de quatre étapes dans ce Tour d'Italie. Dans l'attente, plusieurs sautillent sur place auprès de leur vélo, pour se réchauffer.

Le directeur du Tour d'Italie Mauro Vegni, qui a accepté de modifier le parcours, doit trouver à la hâte une solution de repli.

Dans le désordre et sous la pluie battante, les coureurs ont fini par monter dans les bus des différentes équipes pour rejoindre le nouveau site de départ. Après avoir passé deux journées en haute montagne, le peloton du Giro va avoir droit à une journée qui pourrait être de repos.

Vu de France, les commentaires ont été acerbes.

De son côté, Marc Madiot patron de l'équipe Groupama-FDJ, a déclaré sur la chaîne L'Equipe: "Quand on s'engage sur un tour de trois semaines, on sait qu'on va rencontrer la fatigue. On savait très bien qu'il y aurait beaucoup de transferts, qu'il y aurait des conditions difficiles, on aurait pu anticiper avant ".

Share