France : Une étudiante algérienne condamnée pour "apologie du terrorisme"

Share

Un Toulousain de 20 ans a été condamné à 12 mois de prison dont deux ferme pour apologie du terrorisme par le tribunal correctionnel de Toulouse, avec obligation de soins. Elle devra également effectuer un stage de citoyenneté, à ses frais.

Lundi 19 octobre, Gérald Darmanin a exposé sur Europe 1 le plan d'action du gouvernement, afin de lutter contre la propagande islamiste."Depuis l'assassinat de ce professeur, 80 requêtes ont été ouvertes contre la haine en ligne, contre tout ceux qui, de façon apologique, ont expliqué d'une façon ou d'une autre que ce professeur l'a bien cherché". Depuis cet acte de terrorisme, de nombreux rassemblements pour lui rendre hommage se sont déroulés dans le pays. "C'est un professeur qui présente son cours comme il le souhaite", a rajouté la jeune femme.

Le collectif pro-palestinien Cheikh Yassine, "directement impliqué" dans l'assassinat sauvage d'un enseignant selon Emmanuel Macron, a été dissous en Conseil des ministres mercredi. Le journal L'Est Républicain a annoncé sur sa page un rassemblement en l'honneur du professeur sur sa page Facebook. Elle avait écrit: " il mérite pas d'être décapité, mais de mourir, oui.

Ce commentaire signalé par un internaute sur la plateforme Pharos, avait conduit jeudi à son interpellation à l'université de Besançon et à son placement en garde à vue.

"Lors de son audience, la jeune femme a reconnu les faits et a exprimé ses regrets, soulignant qu'elle était " contre la violence " et qu'elle avait écrit " trop vite sans réfléchir ". Sur son ordinateur, les enquêteurs n'ont trouvé aucun lien avec un quelconque réseau terroriste précise France 3.

Vendredi 23 octobre, la vice-procureur de la République de Besançon, a requis 6 mois d'emprisonnement avec sursis probatoire, ainsi que 180 heures de travail d'intérêt général, pour "dérapage".

" Je ne suis pas du tout contre le fait qu'il (Samuel Paty) ait montré une caricature".

" Aussitôt, elle fait ses commentaires, sans chercher à se renseigner, elle réagit à chaud "sur les réseaux sociaux, a-t-elle affirmé".

Share