Des pays musulmans appellent au boycott des produits français — Caricatures de Mahomet

Share

Certains pays, comme le Qatar, ont même décidé de retirer les produits français de leurs magasins.

Divers commerces qataris avaient déjà pris une décision dans ce sens après les déclarations du président français Emmanuel Macron et de la publication des caricatures dans certains journaux français. La Turquie, l'Iran, la Jordanie et le Koweit ont appelé à boycotter des produits français pour affirmer leur désapprobation au sujet des caricatures de Mahomet interdites dans la religion musulmane. Selon l'AFP, l'Organisation de coopération islamique, qui réunit les pays musulmans, a déploré "les propos de certains responsables français (...) susceptibles de nuire aux relations franco-musulmanes".

Après l'affaire de décapitation d'un professeur français qui avait partagé en classe les caricatures du Prophète Sidna Mohammed (PSSL), publiées par Charlie Hebdo, le chef de l'Etat français, Emanuel Macron a tenu des propos, jugés attentatoires à l'Islam. Une campagne qui a commencé vendredi 23 octobre au Koweït, et qui prend de l'ampleur sur les réseaux sociaux un peu partout dans le monde arabe. Et des images montrant, entre autres, les fromages Kiri, La vache qui rit et Babybel retirés des rayons de certains magasins tournent sur internet.

Des milliers d'internautes ont réagi, depuis le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, l'Égypte, l'Arabie saoudite et le Koweït, appelant à "boycotter les produits français", en retweetant des séquences qui demandent à répondre aux attaques lancées contre les symboles religieux de l'islam en France.

Dans un supermarché de Doha (Qatar), des employés retirent des rayons tous les produits fabriqués en France.

De plus, plusieurs centaines d'agences de voyages du Koweït ont suspendu leurs réservations de vols vers la France.

En Jordanie, le Front islamique d'action, un parti d'opposition conservateur, émanation locale des Frères musulmans, a appelé les citoyens à boycotter les produits français.

En 2004, le projet d'interdire le voile aux élèves dans les établissements publics d'enseignement avait lui aussi suscité l'émoi dans de nombreux pays.

Share