Un professeur d’histoire décapité dans une attaque terroriste — Yvelines

Share

Le suspect a pris la fuite.

Les faits se sont déroulés vers 17H00, près du collège du Bois d'Aulne, de Conflans-Sainte-Honorine.

Les policiers ont ouvert le feu et abattu l'auteur présumé des coups mortels. À travers le hashtag #JeSuisProf, les internautes apportent leur soutien aux proches du professeur d'Histoire-Géographie décapité à quelques mètres du collège du Bois-d'Aulne et réaffirment les valeurs de la République.

Il était en poste depuis deux ans et enseignait depuis cinq ans.

CONFLANS-SAINTE-HONORINE, Yvelines, 16 octobre (Reuters) - E mmanuel Macron a déclaré vendredi soir que le professeur tué à l'arme blanche à Conflans-Sainte-Honorine, au nord-ouest de Paris, avait été victime d'un "attentat terroriste islamiste caractérisé" et a affirmé que "l'obscurantisme et la violence qui l'accompagne ne gagneront pas".

Une famille avait porté plainte contre lui à ce sujet. L'agresseur est un jeune homme de 18 ans et donc pas un parent d'élève. La rédaction de Charlie Hebdo a fait l'objet de nouvelles menaces, de la part d'Al Qaïda notamment, depuis la republication des caricatures de Mahomet le 2 septembre pour l'ouverture du procès. Dernièrement, elle avait donné un cours sur la liberté d'expression, en montrant des caricatures du prophète Mohammed. Il avait proposé auparavant aux élèves qui le souhaitaient de sortir de la classe. "Apparemment, il n'a pas fait ça méchamment, mon fils m'a dit qu'il a fait ça pour préserver les enfants, pour ne pas être vexés, pour ne pas être choqués", a encore ajouté ce parent d'élève. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'affaire: l'enquête a été ouverte pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". La Sous-direction anti-terroriste (Sdat) de la police et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont également été saisies.

Ils cherchent à savoir si elle a été postée par l'agresseur ou une autre personne. "Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, De Abdullah, le serveur d'Allah, à marcon, le dirigeant des infidèles, j'ai exécuté un de tes chiens de l'enfer qui a osé rabaisser Muhammad, calme ses semblables avant qu'on ne vous inflige un dur châtiment", a écrit le criminel.

Le président de la République, Emmanuel Macron, s'est rendu à Conflans-Sainte-Honorine peu après 21 heures.

"Ce soir, c'est la République qui est attaquée avec l'assassinat ignoble de l'un de ses serviteurs, un professeur". Gérald Darmanin rentre lui en urgence du Maroc, le ministre de l'Intérieur interrompt sa visite diplomatique consacrée à son futur projet de loi contre le séparatisme.

Share