"TéléCovid" : il faut que Castex arrête d’essayer de dire des trucs

Share

Le Premier ministre n'a pas exclu ce 12 octobre d'ordonner des reconfinements localisés en France pour endiguer la deuxième vague épidémique due au nouveau coronavirus alors que, selon lui, la crise sanitaire durera plusieurs mois encore.

Sur la situation sanitaire, le Premier ministre s'est défendu de toute erreur sur le déconfinement ou l'attitude du gouvernement durant l'été: "je n'ai cessé tout l'été d'en appeler à la vigilance", a-t-il martelé, soulignant toutefois désormais une "situation très difficile: la réalité de la deuxième vague est là".

Le chef du gouvernement a annoncé qu'une nouvelle version de l'application StopCovid serait dévoilée le 22 octobre. De l'aveu du Premier ministre lui-même, l'application " n'a pas eu les effets escomptés ". Interrogé pour savoir si le gouvernement pourrait, comme le gouvernement britannique, interdire les rassemblements de plus de six personnes, y compris dans des lieux privés, Jean Castex a souligné qu'en France, "le pays des libertés publiques", cela n'est "juridiquement pas possible", et a appelé les Français à "respecter les gestes barrières" y compris en famille. " Si dans cette période de quinze jours nous voyons que les indicateurs sanitaires se dégradent beaucoup, que les lits de réanimation se remplissent plus encore que prévu, nous pourrions prendre des mesures supplémentaires ", a-t-il prévenu, ajoutant que le " reconfinement général doit être par tout moyen évité " mais que " rien ne doit être exclu ", notamment des reconfinements locaux. "J'ai pris un portable sécurisé, donc je n'ai pas téléchargé téléCovid (sic) ".

Paradoxalement, le chef du gouvernement avait reconnu le 25 septembre sur France 2 ne pas l'avoir installé. Seules 7 969 s'y sont déclarées positives, et seulement 472 notifications ont été envoyées à des cas contacts potentiels.

C'est Cédric O. lui-même qui aurait poussé pour relancer l'application. "Cependant, Jean Castex n'a pas souhaité détailler quelles seront les nouveautés de cette nouvelle version de StopCovid".

En-dehors du changement de nom, le secrétaire d'État au numérique, Cédric O, souhaite mettre l'accent sur les personnes qui se rendent dans les bars et les restaurants, mais aussi faire baisser le temps de contact de 15 à 5 minutes selon les informations d'Europe 1. "(.) Si les professions médicales estiment que c'est utile, alors elles doivent le dire", avait-il insisté, notant "le manque de confiance" dont souffre la parole politique.

Share