Ils se mobilisent contre les violences policières — Hazebrouck

Share

Plusieurs véhicules ont également été détériorés.

Samedi, c'est le commissariat de Champigny-sur-Marne qui a été la cible de tirs de mortier d'artifice.

Alors qu'avec le remaniement gouvernemental, il semblait que le livre blanc de la sécurité intérieure serait rangé aux oubliettes, Gérald Darmanin annoncera qu'il sera présenté "en novembre", a-t-on appris auprès de son entourage.

Que s'est-il passé au commissariat de Champigny-sur-Marne?

"[Nous sommes] très choqués moralement [.] J'étais présent hier, lors de la visite, on s'est entretenu avec le ministre de l'Intérieur [Gérald Darmanin]".

Les "tâches indues", serpent de mer de la police, seront davantage confiées à des personnels administratifs, dans les commissariats, les centres de rétention pour clandestins.

Selon les informations du Parisien, le commissariat de banlieue parisienne aurait été attaqué par une quarantaine d'individus qui ont tenté de pénétrer à l'intérieur, sans y parvenir.

Aucune interpellation n'a eu lieu jusque-là, a indiqué le parquet de Créteil en milieu de journée, précisant que les bandes de vidéosurveillance étaient "en cours d'exploitation".

Connait-on les raisons de cette attaque?

Ce n'est pas la première fois que le commissariat de Champigny-sur-Marne est visé par ce type d'attaques. " Toujours de sources policières, huit mortiers ont été découverts après les faits".

Le président Emmanuel Macron recevra jeudi les syndicats de policiers, a annoncé Gérald Darmanin, qui doit lui-même rencontrer ces organisations mardi.

Depuis son arrivée à Beauvau, M. Darmanin a fait de la lutte contre le trafic de stupéfiants "l'alpha et l'oméga" de sa politique de sécurité, en assurant qu'il ne menait pas une "politique du chiffre" mais "une politique du résultat". Les enquêteurs sont à pied d'œuvre pour identifier les fauteurs de trouble. "S'ils veulent retirer certaines catégories, quels moyens intermédiaires vont-ils mettre en place afin de permettre aux policiers de faire leur travail". "C'était un objectif de casser du flic et rien d'autre", a estimé sur Europe 1 Laurent Jeanne, le maire divers droite de la ville francilienne. "Il est tombé tout seul et s'est cassé le fémur", souligne Eddy Deboste. On veut que ça cesse, exprime Mickaël Granero, secrétaire départemental adjoint Unité SGP Police Puy-de-Dôme.

" Attaque du commissariat de Champigny". "Plus personne ne respecte les forces de l'ordre et le gouvernement n'a pas réussi malheureusement à inverser cette tendance", déplore Frédéric Lagache, délégué général du syndicat de police Alliance.

Share