Coronavirus: le scénario du pire reste possible pour l'économie mondiale (FMI)

Share

Le recul de l'activité mondiale devrait être limité à 4,4% au lieu d'atteindre 5,2% comme le prévoyait en juin l'organisation qui veille sur l'économie mondiale.

L'économie belge devrait connaître une contraction de 8,3% cette année, en raison de la crise du coronavirus.

"Les pauvres sont en train de s'appauvrir avec près de 90 millions de personnes qui devraient basculer dans l'extrême pauvreté cette année", souligne Gita Gopinath dans une note de blog.

Le FMI a revu à la hausse ses prévisions pour les économies avancées pour 2020, avec une contraction de 5,8%, suivie d'un rebond de la croissance à 3,9% en 2021, d'après les PEM. "Il est essentiel que le soutien des politiques budgétaires et monétaires ne soit pas retiré prématurément".

Si cette prévision se confirme, la Belgique ferait moins bien que l'Allemagne (-6% du PIB attendu en 2020, +4,2% en 2021) mais mieux que la France (-9,8% en 2020, +6% en 2021). "La croissance devrait rebondir à 6,9 % en 2021", d'après le FMI.

La Chine reste la grande exception dans ce tableau sombre.

Le FMI met aussi en garde contre les risques de voir les "cicatrices" des suppressions d'emplois, des faillites, de l'endettement et des pertes de scolarisation contenir la croissance mondiale à moyen terme après 2021 autour de 3,5%, ce qui représenterait une perte cumulée de production de richesse susceptible d'atteindre 28.000 milliards de dollars sur la période 2020-2025 par rapport aux perspectives en vigueur avant la pandémie. Aux États-Unis, la baisse atteindra 4,3% (au lieu de -8%).

Share