Facebook menace de fermer son réseau social et Instagram en Europe

Share

Récusant cet appel, Facebook pourrait fermer ses réseaux sociaux dans l'UE. "Si la décision est maintenue, nous ne voyons pas comment Facebook pourra continuer à proposer ses services ou ceux d'Instagram dans l'Union européenne", est-il indiqué dans les révélations du Sunday Business Post, à propos de la déclaration sous serment d'Yvonne Cunnane.

L'affidavit n'a pas été rendu public, a déclaré un porte-parole de la Haute Cour, et une porte-parole de Facebook n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire envoyée par courrier électronique. L'autorité irlandaise de protection des données ordonne désormais à Facebook mais aussi à ses succursales ne peuvent plus transférer les informations de ses usagers en Europe à destination des Etats-Unis. Sous peine de quoi, le groupe s'expose à une amende pouvant aller jusqu'à 4 % de son chiffre d'affaires annuel, soit près de 2,8 milliards de dollars. "L'absence de transferts de données internationaux sûrs et légaux nuirait à l'économie et empêcherait le développement des entreprises du secteur des données dans l'UE", affirmait Facebook. Mais le groupe, tout comme d'autres entreprises et services du genre, affirme être fortement dépendant de la possibilité de pouvoir échanger des données entre les deux continents.Si l'Union européenne entre maintenant en action contre le partage des données d'Européens avec les Etats-Unis, c'est dû au fait que les Européens ne sont pas bien protégés, lorsque leurs données tombent entre des mains américaines. La Cour de justice de l'Union européenne a jugé que les outils de surveillance déployés aux Etats-Unis sont incompatibles avec la protection des données personnelles garantie aux Européens par le RGPD. Cependant, le groupe de Mark Zuckerberg a, entre-temps, demandé et obtenu un gel temporaire de la requête, et porté l'affaire auprès de la Haute Cour de justice d'Irlande. Car si les données personnelles d'utilisateurs de l'UE transitent par les Etats-Unis, il est alors impossible de garantir la même protection des données que sur le Vieux Continent, puisque les règles ne sont pas les mêmes.

Dans une publication sur son blog le 9 septembre, Facebook avait reconnu être sous le coup d'une enquête de l'Irish data protection commission.

Share