" 200 millions d'Américains sont morts du Covid " : la nouvelle gaffe de Biden

Share

Ce qui sonnera le coup de départ du processus de confirmation pour remplacer la juge, icône féministe et de la gauche américaine, décédée vendredi dernier à 87 ans des suites d'un cancer. Elle tranche des questions sociétales majeures liées à l'avortement, le port d'armes, ou l'environnement, mais aussi aux institutions du pays, comme le financement des campagnes électorales et les pouvoirs du chef d'Etat. De quoi galvaniser les électeurs des deux camps. "S'il a déjà dit quelque chose d'aussi terriblement stupide, alors, c'est plus qu'une erreur", lui avait rétorqué Donald Trump, lui aussi pas en reste de fausses informations et d'erreurs en tout genre.

Ayant promis de nommer "une femme très talentueuse", le locataire de la Maison Blanche a précisé vouloir attendre la fin des cérémonies funéraires.

Les démocrates exigent d'attendre, avant tout vote, non seulement l'issue du scrutin, mais, en cas de victoire de leur candidat à la Maison-Blanche Joe Biden, sa prise de fonctions en janvier. Elle sera inhumée dans l'intimité la semaine prochaine au cimetière national d'Arlington, près de Washington. Un président qui a perdu le vote populaire (Hillary Clinton a obtenu environ 2,9 millions de voix de plus que Trump) est sur le point de choisir son troisième juge à la Cour suprême (pour un poste à vie) et la décision finale dépendra du Sénat, dont les cent membres ne représentent pas la population américaine de manière proportionnelle.

Jusqu'à la fin de la semaine dernière, la pandémie de Covid-19, et ses presque 200 000 morts aux États-Unis, constituait, et de loin, le principal thème de la campagne présidentielle américaine, dont le scrutin est prévu le 3 novembre. Le Sénat votera "cette année", a-t-il martelé lundi sans préciser l'échéance.

Sa majorité de 53 contre 47 est mince, et déjà deux sénatrices républicaines modérées ont estimé que le Sénat ne devrait pas se prononcer avant la présidentielle. Lors d'une intervention à Philadelphie ce dimanche, son candidat à la présidentielle a déclaré que la volonté de Donald Trump de nommer une juge avant les élections du 3 novembre était "un exercice de pouvoir brutal". A noter qu'en cas d'égalité parfaite, ce serait au vice-président des États-Unis, Mike Pence, de trancher.

Le président nomme les candidats, mais c'est ensuite au Sénat de voter pour confirmer leur nomination. Joe Biden a également appelé les sénateurs à boycotter ce vote ou à voter contre.

Partout aux États-Unis, les hommages se multiplient après le décès de Ruth Bader Ginsburg.

Elle était déjà sur la liste des finalistes pour la 2 nomination de Donald Trump à la Haute Cour mais le siège avait finalement été adjugé par le juge Brett Kavanaugh.

Parmi les favorites figurent, en tête, Amy Coney Barrett, une catholique de 48 ans, ainsi qu'une magistrate d'origine cubaine née en Floride, Barbara Lagoa, 52 ans.

Share