L'UFC-Que Choisir dépose plainte pour "obsolescence programmée" — Nintendo Switch

Share

Plus de 5000 plaintes cas lui ont depuis été signalés.

L'UFC-Que Choisir dépose plainte mardi 22 septembre contre Nintendo pour "obsolescence programmée" sur les manettes de la console de jeux vidéo Switch.

Bon nombre de Joy-Con de la toute dernière console de Nintendo, la Switch, connaissent quelques problèmes, le principal étant le Drift.

L'association déclare en effet que "les problèmes de fond demeurent" et que "les signalements ont continué d'affluer auprès de l'association". Elle avait alors recueilli les témoignages de milliers de joueurs concernant une "panne récurrente et bloquante du Joy-Con (c'est-à-dire la manette) utilisé pour orienter les personnages ou évoluer dans les menus", explique l'UFC-Que Choisir, qui précise que cette panne est baptisée "Joy-Con drift" (drift signifiant dérive en anglais). Les chiffres parlent d'eux-mêmes: 65 % des consommateurs victimes ont constaté cette panne moins d'un an après l'achat des manettes. Quant à l'origine du problème, deux causes vraisemblables sont pointées: "Une usure prématurée des circuits imprimés, et un défaut d'étanchéité qui entraîne une quantité inquiétante de débris et poussières au sein du joystick".

La panne apparaît "quel que soit le profil ou l'âge du joueur, même en jouant moins de 5 heures par semaine".

L'UFC Que Choisir explique avoir fait appel à des experts pour connaître les origines, découvrant que si la firme de Kyoto a bien procédé à des modifications dans la conception des Joy-Con, le dysfonctionnement n'a pas été réglé.

A noter que le délit d'obsolescence programmée a été créé par la loi de 2015 sur la transition énergétique et la croissance verte.

"Le dysfonctionnement étant connu depuis trois ans, il est indispensable que le géant nippon suive désormais un scénario curatif plutôt que correctif", estime l'organisation de défense des consommateurs qui invite le public à contacter le service après-vente de Nintendo pour "obtenir la réparation gratuite de la manette défectueuse" et met à disposition "un formulaire de signalement de refus de prise en charge" sur son site internet. 25 % des consommateurs ont même vu la panne survenir dans les 6 mois après l'achat, malgré la faible utilisation de la console. Il serait ironique de constater que le père du célèbre plombier ne parvienne pas à colmater un problème d'étanchéité de ses manettes.

Déterminée à ce que Nintendo revoit la fabrication de ses manettes pour éviter l'apparition quasi systématique de cette panne, l'UFC-Que Choisir porte donc plainte ce jour auprès du Procureur de la République de Nanterre.

Share