Paix entre Israël et deux émirats: Trump passe des "transactions"

Share

Cette journée du 15 septembre sera historique car lors d'une cérémonie devant un parterre de 700 éminences diplomatiques (la Maison Blanche encourageant ceux qui assistent à la cérémonie à porter des masques), les Emirats arabes unis et Bahreïn deviendront d'autres Etats arabes à briser un tabou de longue date lorsqu'ils signeront des accords visant à normaliser les relations avec Israël dans le cadre d'un " réalignement stratégique " des pays du Moyen-Orient contre l'Iran.

"Il n'y aura aucune paix, sécurité ou stabilité pour quiconque dans la région sans la fin de l'occupation et le respect des pleins droits du peuple palestinien", a assuré le président palestinien dans un communiqué publié en réaction à la signature des accords de normalisation à Washington entre l'Etat hébreu, Bahreïn et les Emirats arabes unis. Les Emirats arabes unis et Bahreïn deviennent officiellement les troisième et quatrième pays arabes à signer des accords de normalisation avec Israël, rappelle notre correspondante à New York, Loubna Anaki.

"Saluant " un changement au cœur du Moyen-Orient", le ministre émirati des Affaires étrangères, Cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane, a personnellement remercié Benjamin Netanyahu " pour avoir choisi la paix et pour avoir stoppé l'annexion de territoires palestiniens " - même si ce dernier assure qu'il ne s'agit que d'un report.

Le chef de la diplomatie de Bahreïn, Abdel Latif al-Zayani, a lui clairement appelé à une "solution à deux États" pour mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les trois responsables et le Président américain Donald Trump ont également signé une déclaration commune.

De nombreux États arabes pétroliers cultivent discrètement des liens avec Israël depuis des années, mais la normalisation permet à ces relations de se développer au grand jour, et offre de riches opportunités à ces pays qui tentent de réparer les ravages de la crise du coronavirus.

Selon David Makovsky, " ce n'est plus le Moyen-Orient de papa, c'est une nouvelle région " où, fait extraordinaire, la Ligue arabe a refusé de condamner la décision des deux monarchies du Golfe.

" Je pense qu'Israël n'est plus isolé", a continué le président américain. Quelques dizaines de militants palestiniens se sont rassemblés à l'extérieur de la Maison Blanche pendant la cérémonie, a constaté l'AFP.

Pour Donald Trump, qui brigue un second mandat et n'avait jusqu'ici que peu d'avancées diplomatiques à présenter aux électeurs, c'est un succès reconnu jusque chez ses adversaires démocrates.

De même, Benjamin Netanyahu a dit s'opposer, pour préserver la supériorité militaire de son pays dans la région, à la vente aux Emirats d'avions de chasse furtifs américains F-35 qu'Abou Dhabi veut acquérir.

Depuis l'annonce le 13 août de l'accord israélo-émirati, suivie la semaine dernière par celle concernant Bahreïn, le camp du milliardaire républicain ne lésine pas sur les superlatifs pour vanter son action, digne à l'en croire du prix Nobel de la paix.

" Nous sommes très avancés avec environ cinq pays, cinq pays supplémentaires", a dit le président des Etats-Unis dans le Bureau ovale en compagnie du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu".

Share