L'OMS prédit une augmentation vertigineuse des cancers dans les pays pauvres

Share

D'ici à 2040 ans, le nombre de cancers dans les pays pauvres aura bondi de 81 %. C'est ce que prédit l'Organisation mondiale de santé dans un rapport publié ce mardi.

L'agence onusienne souligne qu'un large éventail d'interventions éprouvées existe pour prévenir les nouveaux cas de cancer.

Selon l'OMS, si les tendances actuelles se poursuivent, le monde connaîtra une augmentation de 60 % des cas de cancer au cours des deux prochaines décennies.

Selon l'OMS, cette situation s'explique en grande partie par le fait que ces États n'ont pu consacré que des ressources sanitaires "limitées" à la lutte contre les maladies infectieuses et à l'amélioration de la santé de la mère et de l'enfant. "Moins de 30% des pays à faible revenu déclaraient disposer de services de traitement, alors que la proportion pour les pays à revenu élevé dépassait 90% ", déplore l'OMS.

"Si les gens ont accès à des systèmes de soins primaires et de référence, le cancer peut être détecté tôt, traité efficacement et guéri". Raison pour laquelle, cette année, la célébration de la journée mondiale de lutte contre le Cancer, a -t-il dit, met l'accent sur la pratique de l'activité physique, qui doit être omniprésente, suffisante et intégrée à toutes les activités de la vie quotidienne à savoir au travail, dans les déplacements, les loisirs, et les maisons.

D'après le rapport, les cancers les plus fréquemment diagnostiqués sont le cancer du poumon, le cancer du sein, les cancers colorectaux et le cancer de l'estomac. Le tabagisme, l'obésité et la pollution figurent parmi les principales causes de la maladie citées par l'OMS.

"Si nous mobilisions les différentes parties prenantes pour qu'elles travaillent ensemble, nous pourrions sauver au moins 7 millions de vies au cours de la prochaine décennie", a affirmé le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, cité dans le communiqué.

Mais de manière générale, le nombre de décès dus au cancer recule au niveau mondial.

"Les 50 dernières années ont vu d'énormes progrès dans la recherche sur la prévention et le traitement du cancer ", explique le Dr Elisabete Weiderpass, directeur du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS. Les pays à revenu élevé ont adopté des programmes de prévention, de diagnostic précoce et de dépistage, qui associés à un meilleur traitement, ont contribué à une réduction estimée de 20% de la probabilité de mortalité prématurée entre 2000 et 2015.

Share