Huawei : Une surcouche maison EMUI 11 lancé jeudi

Share

Sachant que Google vient tout juste de publier le code source d'Android 11 sur le site web du projet AOSP (Android Open Source Project), il ne faut pas s'attendre à voir arriver ces fonctions avant un bon bout de temps. Et la faillite du pseudo concurrent HSMC (qui prétendait pouvoir graver en 7nm dès cette année) ne va pas non plus arranger les choses. Huawei met également en place une boutique d'applications similaire au Play Store de Google. Et en parlant de langues et d'IA, Celia, l'assistante virtuelle de Huawei, comprend mieux le français et a également été rendue plus "humaine" en parlant. Mais il lui est toujours difficile de se passer des écrans LED des constructeurs coréens et des usines de fabrication de TSMC qui produit les processeurs de sa filiale HiSilicon utilisés dans ses smartphones. Avec un succès relatif mais prometteur.

Huawei s'apprête également à remplacer Android par son propre système d'exploitation mobile appelé HarmonyOS.

De manière générale, le gouvernement chinois incite fortement ses champions nationaux à développer des alternatives aux produits américains, comme le système d'exploitation de Microsoft pour les PC, les services de Google ou encore les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter. Cinq centres mondiaux de services aux développeurs seront également construits en Roumanie, en Malaisie, en Égypte, au Mexique et en Russie, offrant des services et des plateformes locales pour aider les développeurs. Disponible en version stable au cours des prochains mois, EMUI 11 Beta est déjà disponible en version chinoise en téléchargement (le global arrivera dans les prochains jours) pour un petit cercle d'appareils des séries Mate, MatePad et P40. Les applications, quant à elles, sont créées à l'aide du compilateur ARK de Huawei, très critiqué lors de ses premières versions tant il a été lâché trop tôt et trop immature. ARK est une composante clé d'HarmonyOS puisqu'il prétend simplifier le portage des applications Android sous le nouvel OS en prenant en charge les langages Java et Kotlin mais aussi C/C++ et JavaScript.

Yu, cependant, a exprimé l'espoir que l'énorme marché chinois des smartphones, le plus grand du monde, puisse rester un espace sûr et une plate-forme pour attirer les utilisateurs mondiaux vers HarmonyOS. Aujourd'hui, le PDG, Richard Yu, a annoncé HarmonyOS 2.0 lors de la keynote de la conférence annuelle des développeurs Huawei et il s'étend enfin à plus d'appareils. Cette vision paraît optimiste.

Pendant une courte période, la rumeur s'était répandue selon laquelle Huawei compterait entièrement sur son propre système d'exploitation Harmony à partir de 2021.

Reste qu'HarmonyOS avance à marche forcée. Cela aurait signifié qu'à partir de l'année prochaine, Android aurait disparu de tous les smartphones de la société.

Share