Présidentielle américaine: Microsoft a détecté des cyberattaques venant de Russie et Chine

Share

Pour ce 19e anniversaire des attentats les plus sanglants de l'histoire, le candidat démocrate Joe Biden, qui a récemment accéléré le tempo de sa campagne après avoir passé des semaines cloîtré dans sa maison du Delaware, s'est rendu sur le site de "Ground Zero" à New York, pour l'hommage annuel aux près de 3.000 victimes des attaques du World Trade Center.

" Je ne vais pas parler d'autre chose que du 11 septembre 2001 aujourd'hui, avait prévenu Biden".

"C'est une journée solennelle, et on va faire en sorte qu'elle le reste", avait-il déclaré. "Vous pouvez décider si je suis dans l'actualité ou non, mais je ne tiendrai pas de conférence de presse ".

Accompagné du gouverneur démocrate de New York Andrew Cuomo et d'autres élus démocrates new-yorkais, l'ex-vice-président de Barack Obama a brièvement salué, du coude, le vice-président républicain Mike Pence.

Après le 11-Septembre, "nous étions unis par notre conviction que l'Amérique est le pays le plus exceptionnel au monde, béni par les plus incroyables héros, et que ce pays vaut la peine d'être défendu jusqu'au dernier souffle", a déclaré le président américain depuis Shanksville, en Pennsylvanie, où s'écrasa un des quatre vols détournés par les membres d'Al-Qaïda.

Donald Trump devait s'y rendre, accompagné de sa femme Melania, dans la matinée et y prononcer un discours.

La douleur "ne disparaît jamais" lui a-t-il dit, main sur le coeur, selon des images partagées sur les réseaux sociaux. En dépit qu'elle contredise les sondages, cette analyse les amène à prédire une victoire du président Trump le 3 novembre.

Outre la convention du Parti démocrate, les équipes du candidat démocrate ont également bénéficié de la nomination de la sénatrice californienne Kamala Harris, que Biden a choisie le 11 août pour être sa colistière.

Le 9 septembre 2016, l'avance de la démocrate Hillary Clinton sur Donald Trump était mesurée à 4 points par Reuters/Ipsos, à 41% contre 37%. Ces commémorations ne devraient pas donner lieu à des coups d'éclat, souligne Robert Shapiro, professeur de sciences politiques à l'université Columbia: les cérémonies du 11 septembre sont traditionnellement "dépourvues de rhétorique politicienne, dédiées à hommage aux victimes" des attentats. Hillary Clinton, candidate démocrate de l'époque qui avait participé à la cérémonie new-yorkaise, avait fait un léger malaise et s'était éclipsée avant la fin. Donald Trump avait abondamment exploité cet épisode, se moquant de sa rivale et l'imitant même en public en train de trébucher.

Share