La mise en garde de Jean Castex aux Français — Coronavirus

Share

"Nous sommes face à une dégradation manifeste de la situation sanitaire, a affirmé Jean Castex en préambule. Le virus circule de plus en plus en France". Le pourcentage de cas positifs ne fait qu'augmenter. Un élément suscite particulièrement notre inquiétude: pour la première fois depuis de longues semaines, nous constatons une augmentation sensible de personnes hospitalisées.

" Tout confirme que le virus n'a pas baissé en intensité, avec des proportions toujours aussi élevées de personnes âgées", a ajouté le Premier ministre. Le taux d'incidence est ainsi monté à 72 cas pour 100.000 personnes, contre 57 il y a une semaine.

Il a estimé qu'il ne fallait pas "mettre entre parenthèses notre vie sociale, économique et culturelle " malgré la hausse des contaminations. "Le virus est là pour quelques mois encore", il faut "éviter un confinement généralisé". Le Premier ministre n'a en revanche pas précisé dans quel délai se feront ces derniers.

Le Premier ministre annonce que 47 départements sont désormais placés en " zone de circulation active " du virus.

Ce classement permet au préfet de déclencher des mesures supplémentaires pour réduire les risques de transmission, notamment en matière de port du masque, de rassemblements, de grands événements ou d'horaires d'ouverture de certains commerces.

Le Premier ministre a également rappelé l'importance des gestes barrières.

"Nous réalisons plus d'un million de tests par semaine".

Attendre, ce n'est pas grave quand il n'y a pas d'urgence. "Mais c'est problématique si vous êtes prioritaire", a-t-il détaillé. La priorité sera donnée sur les tests pour les personnes symptomatiques. Pour ces personnes prioritaires, nous allons renforcer les circuits de dépistage.

Jean Castex annonce la décision, qui fait suite à la préconisation du conseil scientifique, de fixer le temps d'isolement des malades et des contacts à 7 jours, contre 14, afin que la mesure soit plus facilement acceptée, et du fait du temps d'incubation de la maladie, insistant sur le fait que des contrôles seront effectués pour vérifier le respect de cet isolement.2000 personnes vont être embauchées à la CPAM et dans les ARS, pour effectuer du contact-tracing.

En tout cas, Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe sous surveillance. Compte tenu des prévisions d'occupation des lits de réanimation, le premier ministre a demandé aux préfets de lui proposer un ensemble de mesures complémentaires. " Nous ne parviendrons à enrayer cette reprise de l'épidémie qu'en étant tous vigilants et solidaires ", a-t-il martelé, invitant les " plus âgés à la plus grande prudence au quotidien ".

Share