Fermeture de la branche hydro à Belfort, 89 emplois concernés — General Electric

Share

C'est un nouveau coup dur pour l'emploi.

" La crise économique doit amener chacun à faire preuve du sens des responsabilités et à ne pas profiter de la situation pour engager des plans sociaux qui ne seraient pas indispensables pour que l'entreprise puisse rebondir", a encore insisté Bruno Le Maire.

Le groupe américain General Electric (GE) s'apprête à annoncer la suppression de 1 225 emplois en Europe, dont 764 en France, a appris France Bleu Belfort-Montbéliard de sources concordantes, confirmant une information du journal Libération ce mercredi.

A l'intérieur de cette vaste restructuration au niveau européen figure un plan social qui devrait toucher directement Belfort. 30 salariés vont recevoir une proposition de déménagement à Grenoble (Isère), où se trouve une autre partie de GE Hydro. "Symboliquement, c'est tout de même la poursuite du démantèlement de GE dans un de ces sites historiques", dénonce Damien Meslot, le maire de Belfort qui demande désormais à être reçu par le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Concrètement, le géant américain veut faire mincir ses divisions dédiées aux équipements pour les barrages et celle spécialisée dans les réseaux électriques en Europe. Un peu plus d'un an après l'annonce d'un précédent plan, un projet de transformation a été présenté le 9 septembre par la direction au comité d'entreprise européen du groupe américain.

Ce second plan social qui secoue Belfort n'a rien à voir, en terme d'ampleur, avec le premier plan social qui touche depuis l'année dernière le secteur des turbines à gaz: 485 suppressions de postes sur les sites de Belfort et Bourogne.

Share