"C'est le temps de sévir", dit François Legault

Share

Le premier ministre a laissé entendre que les programmes de sport-études devraient ouvrir le 14 septembre comme déjà annoncé, mais peut-être pas dans les zones jaunes.

Le premier ministre François Legault est monté aux barricades en point de presse, ce matin, et a prévenu les récalcitrants que Québec accentuera la répression contre les personnes qui ne respectent pas les mesures sanitaires pour prévenir la propagation de la COVID-19.

Les deux provinces les plus peuplées du Canada cherchent ainsi à créer un front commun interprovincial destiné à influencer les décisions financières prises à Ottawa, quand elles ont un impact direct sur les provinces.

Soulignons que cette nouvelle règle s'applique sur tout le territoire du Québec.

Le premier ministre indique qu'il est principalement question actuellement du port du masque dans les lieux publics. Ce sera l'occasion de préciser et chiffrer les demandes des provinces.

En conférence de presse, le mercredi 9 septembre en après-midi, au terme de la rencontre, les deux premiers ministres ne tarissaient pas d'éloges l'un envers l'autre, s'appelant mutuellement " mon bon ami ".

Le premier ministre n'envisage pas de revenir au confinement et à des fermetures pour l'instant.

"Depuis des mois, les Québécois font des efforts importants pour combattre la pandémie, mais il y a une minorité de personnes irresponsables".

"Les dépenses de santé augmentent de 5 à 6% par année pour offrir les mêmes services, alors que les autres dépenses et les revenus augmentent de 3%".

Pour l'ensemble des provinces canadiennes, la santé coûte 200 milliards $ par année, alors que le gouvernement fédéral n'assume que 42 milliards $, soit environ 21 %, s'est désolé M. Legault.

Share