Neuf ans après, Nafissatou Diallo brise le silence — Affaire DSK

Share

Bien avant le raz-de-marée provoqué par le mouvement Me Too, elle fut la tombeuse de Dominique Strauss-Kahn, en 2011. Le procureur a des doutes sur la crédibilité de Nafissatou Diallo en raison de mensonges répétés sur certains aspects de sa vie.

Neuf ans plus tard, Nafissatou Diallo, 41 ans, reste traumatisée de son agression présumée, et de la manière dont la justice, et les médias, l'ont traitée. "Ce jour-là, tout a changé". "Je venais de nettoyer une chambre voisine, la 2820 ", raconte-t-elle. Elle s'est confiée dans un entretien au magazine Paris Match. Dans le numéro de l'hebdo à paraître jeudi, elle s'exprimera pour la première fois dans un média sur l'affaire DSK. "J'ai été à deux soirées avec lui, dont une juste avant la présidentielle, avant que l'affaire éclate". Strauss-Kahn qui rejette les accusations est incarcéré puis assigné à résidence à New York.

L'affaire avait lancé une extraordinaire saga judiciaire et contraint M. Strauss-Kahn à démissionner du FMI et mis un terme à ses ambitions présidentielles en France.

"J'ai toujours dit la vérité mais j'ai été privée de justice (.)". Elle donne sa version des faits, sa vie depuis ce qu'elle appelle "l'accident" et charge la justice américaine. Elle accuse le patron du Fonds monétaire international d'agression sexuelle dans sa suite. "J'ai été piégée et trahie". "Je ne me remettrai jamais de la façon dont les procureurs de New York m'ont traitée", confie Nafissatou Diallo qui réfute avoir déclaré que "ce type a beaucoup d'argent" à un ami par téléphone. A cause de ce qu'ils m'ont fait subir, j'ai eu envie de me suicider. Et ses dernières confidences sur ses liens avec Dominique Strauss-Kahn ne risquent pas de redorer sa réputation.

DSK ne sera jamais reconnu coupable, mais versera une grosse somme à sa victime présumée, estimée entre 1,5 million et 6 millions de dollars. "Je voulais sortir de cette histoire aussi vite que possible", retrace-t-elle. Ce qu'elle prépare aujourd'hui, avec un nouvel ouvrage sur l'affaire afin de "donner [sa] vérité".

Quand Paris-Match lui demande comment elle envisage son avenir, Nafissatou Diallo répond vouloir aider les immigrantes pauvres et sans éducation s'installant aux États-Unis: "Je veux créer une fondation dont j'ai déjà le nom en tête pour aider les femmes qui, comme moi, sont arrivées en Amérique sans éducation, sans même parler la langue, et qui ont vécu des situations horribles".

Share