Un pétrolier en feu depuis deux jours au large du Sri Lanka

Share

Cette fuite relance les craintes d'une marée noire dans l'océan Indien après celle qui a frappé l'île Maurice en août.

Des bâtiments militaires sri-lankais et des garde-côtes de l'Inde voisine continuent de tenter d'éteindre le brasier avec des lances anti-incendie tandis qu'un hélicoptère militaire sri-lankais a procédé à des largages d'eau. Le pétrolier transporte 270 000 tonnes de pétrole brut et 1 700 tonnes de diesel.

La cargaison de pétrole n'est pas touchée par l'incendie qui frappe la salle des machines et la superstructure du navire, selon la marine. Aucun signe de rupture du navire n'a été décelé, en dépit d'une fissure de deux mètres dans la coque, au-dessus de la ligne de flottaison, a-t-on ajouté de même source.

La marine srilankaise a de nouveau estimé qu'il n'y avait pas de danger immédiat pour les côtes, mais fait part de sa préoccupation quant au risque de marée noire. "Ce n'est pas aussi grave que cela en a l'air", a affirmé Sudantha Ranasinghe. "L'incendie ne s'est pas propagé à la cargaison".

"Un navire des gardes-côtes indiens et un de nos navires sont en train d'arroser les flammes qui se sont propagées au pont de l'aire de service", a expliqué M.de Silva à l'AFP.

L'Autorité de protection marine du Sri Lanka a déclaré qu'elle prendrait des mesures afin d'empêcher toute fuite possible de pétrole.

La marine sri-lankaise a confirmé, vendredi, la mort d'un marin philippin, la veille dans l'explosion.

Le pétrolier de 330 mètres de long de type VLCC (Very large crude carrier) embarquait 23 membres d'équipage, dont 18 Philippins et cinq Grecs.

Le troisième officier du pétrolier, également philippin, a été gravement brûlé et hospitalisé à Kalmunai, à 360 kilomètres à l'est de Colombo.

Le pétrolier se trouvait à une soixantaine de kilomètres à l'est des côtes srilankaises quand il a lancé son signal de détresse. Alors que l'incendie s'intensifiait, il a dérivé dans la nuit d'une dizaine de kilomètres en se rapprochant du littoral sri-lankais. Le Sri Lanka et l'Inde ont dépêché des avions de reconnaissance.

" New Diamond ", affrété par l'Indian Oil Corp, appartenant à l'Etat, naviguait du Koweït au port indien de Paradip sous pavillon panaméen, comme le montrent les données de suivi de Refinitiv / Eikon. Entre-temps, le MV Wakashio avait laissé échapper au moins 1 000 tonnes de fioul qui ont souillé la côte, notamment des espaces protégés abritant des forêts de mangrove et des espèces menacées, et les eaux cristallines prisées des touristes.

Share