Trois femmes ont porté plainte contre Moha la Squale

Share

Trois plaintes ont été déposées à l'encontre de Moha la Squale, rapporte une information du Point, relayant une source judiciaire.

Ces jeunes femmes se sont senties soutenues en découvrant les témoignages sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, une dénommée Romy s'en est d'abord pris à l'artiste, en le citant directement.

"Nous espérons que leur souffrance sera entendue", a précisé l'avocat des trois plaignantes, Maître Thibault Stumm, auprès du Point.

Tout commence dimanche lorsque plusieurs femmes commencent à témoigner sur les réseaux sociaux, accusant le rappeur de 25 ans de séquestrations, violences conjugales et sexuelles, coups et menaces.

Bien que les deux séries d'accusations soient liées dans le temps, les profils des deux rappeurs sont différents vis-à-vis de la justice, puisque Moha La Squale doit par ailleurs être jugé en mars pour un refus d'obtempérer aggravé, outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique et rébellion. "Certains faits remontent à plus de deux ans, d'autres à quelques mois", a-t-il ajouté.

Contactée par LCI.fr, l'avocate de Moha La Squale n'a pas donné suite pour le moment. Une jeune fille affirme avoir été agressée sexuellement par le rappeur devant son collège, une autre raconte qu'il était "super violent" et "humiliant" avec elle, tandis qu'une troisième écrit qu'elle a vécu "des étranglements, des étouffements avec des oreillers".

Dans son élan de dénonciation, la jeune femme a même été jusqu'à lancer un hastag: "#balancetonrappeur" pour inciter les autres victimes présumées à libérer leur parole. "Tous les jours, des jeunes femmes sont humiliées, abusées, traitées comme des moins que rien, rabaissées", a écrit la chanteuse française Vendredi Sur Mer sur son compte instagram.

Le rappeur a été l'une des grosses révélations de l'année 2018, auteur d'un premier album "Bendero" plébiscité par le public (disque d'or, plus de 50 000 exemplaires vendus) et par la critique. Nommé aux Victoires de la musique 2019, l'artiste aux cheveux longs s'était fait repérer avec des "freestyles" postés sur Facebook et YouTube, où on le voit rapper dans sa cuisine ou dans son quartier de "La Banane" à Ménilmontant, dans le 20e arrondissement de Paris. Il y racontait déjà sa vie d'avant, lorsqu'il était dealer puis en prison.

Share