Chômage partiel : le dispositif pourra être prolongé en 2021 si besoin

Share

"Nous avons fait tout notre possible pour les employés et les entreprises. Nous allons continuer", a-t-il déclaré. L'hôtellerie, les cafés, les restaurants, l'événementiel bénéficient du dispositif jusqu'à la fin de l'année 2020. "Si nous devons le garder plus tard, nous le garderons", a assuré le ministre. Mis en place dès le début de l'accouchement à la mi-mars, le système de chômage partiel, limité à six mois, prévoit une indemnité de 84% du salaire net du salarié (72% à partir d'octobre).

En juillet, quelque 2,4 millions d'employés du secteur privé étaient à temps partiel, plus de deux millions de moins qu'en juin, selon une estimation fin août de Dares, le service statistique du ministère du Travail. Un autre dispositif d'activité partielle, un dispositif "long terme", présenté par l'exécutif comme un "bouclier contre le licenciement", a également été mis en place fin juillet pour certains secteurs confrontés à une baisse d'activité durable. comme l'aéronautique. Il y en avait 8,8 millions en avril.

Jeudi soir Bruno Le Maire aussi a demandé aux Français de "dépenser de l'argent, investir dans l'économie pour réactiver cette machine économique". Les Français ont économisé 100 milliards d'euros depuis le début de la crise "soit le même montant que le plan de relance", a souligné le ministre. "'Nous allons effectivement vous demander de respecter les contreparties que nous allons définir avec les parlementaires, a-t-il poursuivi, qu'elles soient environnementales, sur les accords d'intéressement et de participation, ou sur la gouvernance des entreprises, par exemple pour accélérer cette parité femmes-hommes dans l'entreprise qui est indispensable'". "Toutes les dettes devront être remboursées". Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance a justifié, jeudi 3 septembre sur France 2, le choix du gouvernement de n'assortir d'aucune contrepartie cette mesure phare du plan de relance.

Share