Altice et Rogers se disent déterminés

Share

La proposition non contraignante d'Altice USA et de Rogers Communications inc., qui a été annoncée aujourd'hui de façon anticipée par Altice et Rogers, a été examinée par Gestion Audem inc., une entreprise contrôlée par les membres de la famille Audet détenant 69 % de tous les droits de vote de CGO qui, à son tour, contrôle 82,9 % de tous les droits de vote de CCA.

La filiale du conglomérat européen Altice avait dans sa mire Atlantic Broadband, la division américaine de Cogeco, valorisée à 4,8 milliards, dans laquelle la Caisse dépôt et placement du Québec (CDPQ) détient une participation de 21 %.

Grâce à cet accord, Altice USA aura plus de 1,1 million de clients résidentiels et professionnels supplémentaires.

Même si Cogeco avait accepté l'offre, le gouvernement Legault aurait vraisemblablement tenté d'intervenir.

Le premier ministre François Legault a également fait savoir au micro de la station FM93 de Cogeco qu'il appuyait la décision de la famille Audet, et qu'il souhaitait garder le siège social de Cogeco en sol québécois.

Les sociétés n'entendent pas faire d'autres commentaires pour le moment.

Dans une note envoyée à ses clients, Maher Yaghi, de Desjardins Marchés des capitaux, a estimé que les modalités proposées par Altice USA et Rogers étaient justes "pour une première offre". La transaction aurait vu Rogers racheter les actifs canadiens des entreprises.

Rogers détient déjà 41% des actions canadiennes avec droit de vote subalterne de Cogeco Inc. Le prix représente une prime de 30% sur le cours moyen pondéré par les volumes de chacune des deux actions en août.

Share