Rentrée : Jean-Michel Blanquer assure qu’"il ne manquera pas d’enseignants" mardi

Share

Depuis, les règles ont été redéfinies et le masque est désormais obligatoire pour tous les enseignants.

Une série de recommandations du ministère, publiées vendredi soir, doivent aider les chefs d'établissement à organiser au mieux les récréations, la cantine, le sport, l'éducation musicale ou encore la vie en internat.

Les masques seront à la charge des parents, sauf pour les ménages les plus modestes. La distanciation physique ne sera plus obligatoire quand elle n'est pas matériellement possible, de même que la limitation du brassage entre classes et groupes d'élèves, simplement "recommandée". Néanmoins, Jean-Michel Blanquer garantie qu'il y en aura " le moins possible ". Nous devons combattre l'individualisme et la solitude, c'est particulièrement vrai dans l'Éducation nationale.

Lorsqu'un cas sera "confirmé", l'élève ou le personnel devra être placé en isolement, ainsi que les personnes susceptibles d'être des contacts à "risques" au sein de l'établissement, a précisé le ministère vendredi. Le gouvernement admet que des mesures plus restrictives pourraient être prises, au cas par cas, dans les prochaines semaines. Suite à ces propos, Jean-Michel Blanquer répond être attentif à leur avis mais que ces mesures décidées sont en conformité avec leur tribune.

Avant le retour en classe de quelque 12,4 millions d'élèves mardi, chacun se prépare à une année scolaire dans l'ombre du coronavirus et sous la menace d'un durcissement des consignes sanitaires. Le congé spécifique mis en place durant le confinement n'existe plus.

Une attention particulière sera donnée aux évaluations de début d'année, avec le "développement d'outils pour les professeurs et pour chaque classe" afin de concevoir des "stratégies pédagogiques" selon le niveau des élèves.

Jean-Michel Blanquer est à Nice ce samedi pour le départ de l'épreuve. De plus, 8 000 postes d'accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) seront créés pour la rentrée.

"Avec ce masque sur la bouche toute la journée, comment est ce que je vais pouvoir, dès le premier jour, aborder l'apprentissage des sons avec mes élèves de 5 ans?", s'interroge-t-elle, espérant "vivement être bénéficiaire de masques transparents" évoqués par Jean-Michel Blanquer. Ils bénéficieront également d'une "meilleure autonomie et d'une réduction de leurs charges administratives".

Il a notamment cité le dédoublement des grandes sections de maternelle en REP et REP+, le renforcement de la formation initiale et continue des professeurs de français et de mathématiques, la poursuite de la réforme du baccalauréat et celle de la voie professionnelle avec un CAP en trois ans, ou encore le déploiement (avec un an de retard à cause de la crise sanitaire) du service national universel dans "100% des départements français".

Share