Facebook craint pour son business de publicité avec l'arrivée d'iOS 14

Share

Mais les modifications apportées à la fonctionnalité IDFA avec la nouvelle version du système d'exploitation mobile d'Apple, iOS 14, auront un impact important sur les stratégies marketing de nombreuses entreprises et sur les résultats de Facebook, mentionne la société. Dans iOS 14, chaque application qui souhaite utiliser ces identifiants demandera aux utilisateurs d'activer le suivi lors du premier lancement de l'application.

Dans un autre article de blog, Facebook dit que l'effet sur le ciblage publicitaire pourrait être si dramatique que "les mises à jour d'Apple peuvent rendre Audience Network si inefficace sur iOS 14 qu'il peut ne pas être logique de l'offrir sur iOS 14".

Aujourd'hui, les annonceurs peuventutilisez un numéro d'identification d'appareil unique appelé IDFA pour mieux cibler les annonces et estimer leur efficacité. Le réseau a fait savoir aux annonceurs que cela pourraient entraîner une baisse de plus de 50% des revenus pour les éditeurs Audience Network, en raison de la suppression de la personnalisation des annonces dans les applications.

Le groupe californien déclare dans un communiqué que l'impact pour les éditeurs et développeurs est "difficile à quantifier", mais indique avoir mesuré dans des simulations "plus de 50% de pertes de revenus lorsque la personnalisation des campagnes de pub sur mobile est retirée". Mais ses derniers avertissements, et l'avertissement selon lequel il pourrait désactiver complètement Audience Network sur iOS 14, est la première fois que Facebook se penche sur l'ampleur de l'impact que les changements pourraient avoir.

Les deux voisins de la Silicon Valley s'affrontent régulièrement sur le sujet des données.

iOS 14 va nuire à de nombreux développeurs et éditeurs dans une période déjà difficile pour les entreprises. Sur Android, rien ne changera puisque le modèle économique de Google repose lui aussi essentiellement sur l'utilisation des données personnelles à des fins publicitaires.

"Nous travaillons avec plus de 19.000 d'entre eux dans le monde entier et en 2019 nous leur avons versé des milliards de dollars".

La marque à la pomme fait valoir que le pistage peut être envahissant pour les utilisateurs et entend leur donner plus de contrôle sur leurs données personnelles.

Les réseaux sociaux estiment de leur côté que la publicité permet de fournir des services "gratuits", et que les utilisateurs préfèrent des publicités personnalisées en fonction de leurs goûts.

Share