La justice protège l'Unreal Engine mais pas Fortnite — Epic VS Apple

Share

D'après les juges californiens, Apple est fondé à supprimer Fortnite de l'AppStore, mais ne peut pas priver Epic de ses outils de développeurs. En particulier vis à vis des nombreux studios tiers dont les jeux reposent sur le moteur de rendu d'Epic, et qui n'ont pas à devenir des victimes collatérales de la bataille de prétoires avec Apple. Epic Games recevait rapidement une fin de non-recevoir de la part des dirigeants d'Apple, passait outre et proposait aux joueurs de Fortnite sur iOS une option de ventes alternatives, contournant les solutions de paiements d'Apple - qui est donc privé de sa commission, mais permettant aux joueurs de profiter de tarifs plus abordable. Apple menaçait de révoquer ses accès dès le 28 août en guise de représailles après la croisade médiatique qui a suivi le retrait de Fortnite de l'App Store. De son côté, Epic Games pourrait conserver Unreal Engine sur iOS et macOS, protégeant ainsi les studios qui en dépendent. Perdre l'accès à l'Unreal Engine sur iOS et Mac priveraient Microsoft et les autres créateurs de jeu d'un choix de moteur clé, a expliqué Kevin Gammill, Gaming Developer Experiences General Manager chez Microsoft, à The Verge.

Le créateur de Fortnite semble avoir trouvé un allié en la personne de Microsoft qui soutient sa demande de suspension de la révocation de son accès développeur. De nombreuses applications en font usage, y compris des jeux intégrés au service payant Apple Arcade comme Oceanhorn 2 ou Dodo Peak.

Richard Doren, représentant d'Apple, a déclaré: "Epic a tenté, et a réussi jusqu'à présent, à mettre les clients d'Apple au milieu, à les tenir essentiellement en otage". Apple ne peut pas résilier le compte développeur d'Epic.

Il est prévu que la juge Rogers se prononce bientôt tandis qu'Apple et Epic Games répondront à des questions au mois de septembre en amont du procès.

Si Apple parvient à donner des arguments convaincants, le jugement pourrait tourner en sa faveur, même si le sujet principal reste Fortnite et sa violation du règlement de l'App Store. De même, si la juge estime que la commission prélevée par Apple est légitime ("même Epic ne distribue pas ses créations gratuitement "), elle s'interroge néanmoins sur son montant (30%), manifestement jugé élevé.

Share