Apple franchit les 2 000 milliards de dollars de capitalisation boursière

Share

Apple est devenue mercredi la première entreprise américaine cotée à franchir le seuil des 2.000 milliards de dollars de capitalisation, deux ans après avoir atteint les 1.000 milliards. Le géant pétrolier saoudien Aramco avait déjà réussi en décembre 2019 à dépasser cette barre symbolique mais son cours a depuis beaucoup baissé et la valeur d'Apple est passée devant celle d'Aramco fin juillet.

Encore plus que ses concurrents, la marque à la pomme a vu ses résultats grimper à la faveur du confinement: au seul deuxième trimestre, le fabricant de l'iPhone a réalisé près de 60 milliards de chiffre d'affaires et plus de 11 milliards de bénéfice net.

Apple doit diviser la valeur nominale de son action par quatre à l'ouverture des marchés le 31 août, une mesure technique qui ne changera pas la capitalisation du groupe mais qui vise à rendre le titre plus accessible aux investisseurs individuels.

Pour l'analyste Daniel Ives, de Wedbush Securites, plus d'un tiers des iPhone en circulation dans le monde pourraient actuellement être remplacés par des modèles plus récents. Car si les produits les plus emblématiques sortis depuis que l'ère Tim Cook a débuté sont effectivement l'Apple Watch et les AirPods, ce dernier a su mettre à profit son expertise de la chaîne logistique pour faire constamment grossir le business d'Apple, tout en trouvant de nouveaux moyens de monétiser son immense parc de produits autour des services (le succès d'Apple Music et les lancements d'Apple TV+, News+ et Arcade en sont les meilleurs exemples).

L'action du groupe californien est brièvement montée à 468,65 dollars, un cours qui lui confère une capitalisation boursière de 2.004 milliards de dollars.

La réussite boursière du groupe profite notamment à son patron Tim Cook, qui avait succédé à Steve Jobs en 2011. Il a aussi étendu les activités de la société en Chine ainsi que ses services, souvent liés à un écosystème dont il est difficile de s'affranchir.

Neuf après son arrivée à la tête du groupe, il a récemment rejoint le club des milliardaires selon les calculs de l'agence Bloomberg.

Adulé par les uns, Apple est aussi vilipendé par certains pour qui le groupe représente le capitalisme triomphant, sachant profiter au mieux des paradis fiscaux.

Share