Coronavirus : le masque pourrait devenir obligatoire dans les entreprises

Share

Elisabeth Borne, ministre de la Santé, Olivier Véran, ministre de la Santé et Laurent Pietraszewski, secrétaire d'État aux Retraites et à la Santé au travail, seront présents à cette réunion.

"Des réunions vont commencer la semaine prochaine", a-il dit, se montrant satisfait de la généralisation du port du masque en entreprise. Alors que le nombre d'hospitalisations et de patients en réanimation dus à des cas de Covid-19 continue de grimper en France, le port du masque sera "systématisé" d'ici fin août dans "tous les espaces clos et partagés" des entreprises, a indiqué mardi 18 août la ministre du Travail Élisabeth Borne, à l'issue d'une réunion avec les partenaires sociaux.

Le Haut conseil de santé publique a, dans un avis mis en ligne vendredi, recommandé le port systématique par la population d'un masque grand public, de préférence en tissu réutilisable, dans tous les lieux clos publics et privés collectifs. Elle prévoit de saisir le Haut conseil de santé publique sur le cas des "open spaces " et l'efficacité des vitres de plexiglas pour protéger les salariés.

Les masques, ça ne fait pas tout, il faut aussi travailler sur les questions d'organisation du travail, de télétravail et de réduction du temps de travail.
Le président de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises), François Asselin y voit "du bon sens".

L'épidémie accélère en France et c'est vers les entreprises que les yeux se tournent.

Au final, le port du masque se révèle le seul véritable changement de ce nouveau protocole. "Il en va de la protection de la santé des travailleurs et de la continuité de notre activité économique", a déclaré Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion.

Les protocoles pour les lieux de travail "ne prennent pas suffisamment en compte" le risque de propagation du Covid-19 par aérosols (fines gouttelettes en suspension dans l'air expiré par les malades), déplorent une vingtaine de médecins dans une tribune publiée en ligne par Libération. Quant au télétravail, il "reste recommandé" et "il faut le mettre en place chaque fois que c'est possible dans les zones de circulation active du virus", a-t-elle ajouté. Elle a incité les partenaires à entamer et à accélérer une négociation sur le sujet, comme le souhaitent les syndicats, alors que le patronat y est opposé.

Share