L'OMS rappelle à la Russie qu'il faut une "pré-qualifiation" — Coronavirus/Vaccin

Share

Le vaccin "fonctionne assez efficacement, crée une immunité stable et, je le répète, il a passé tous les contrôles nécessaires".

Le président russe a également révélé que l'une de ses filles avait reçu une dose du vaccin.

Selon l'OMS, 26 candidats vaccins en sont au stade des essais cliniques (testés chez l'être humain) à travers le monde et 139 au stade de l'évaluation préclinique.

Après la vaccination du personnel de santé et éventuellement des enseignants, la mise en circulation pour le reste de la population est prévue le 1er janvier 2021.

Le ministre de la santé français Olivier Véran a souligné ce mardi que la France et les Européens sont "dans l'attente de grands laboratoires pour disposer d'un vaccin", alors que la Russie a affirmé avoir développé le "premier vaccin" contre le coronavirus.

GENÈVE - L'Organisation mondiale de la Santé a réagi prudemment à l'annonce mardi par la Russie de la mise au point d'un vaccin contre la COVID-19, rappelant que la "préqualification" et l'homologation d'un vaccin passaient par des procédures "rigoureuses".

Dans son désir d'être la première dans la course mondiale au développement d'un vaccin, la Russie n'a pas encore mené d'essais à grande échelle permettant de produire des données prouvant son efficacité, une précipitation que les immunologistes et les experts en maladies infectieuses jugent "imprudente".

Plus d'un milliard de doses auraient d'ores et déjà été pré-commandées par 20 pays différents selon le président du fonds souverain russe. La production industrielle devrait débuter en septembre prochain selon lui, alors que la "phase III" des essais commence le 12 août.

Ce vaccin a été baptisé " Spoutnik V " (V comme vaccin, ndlr), en référence au satellite soviétique, premier engin spatial mis en orbite, a déclaré le président du fonds souverain, Kirill Dmitriev, impliqué dans son développement. "Au lieu d'attaquer constamment la Russie, qui sera le premier pays au monde à enregistrer un vaccin contre le coronavirus, il serait préférable de s'engager dans un dialogue constructif avec nous", a-t-il ajouté.

"Les fabricants demandent à bénéficier de la préqualification de l'Oms parce que c'est une sorte de label de qualité", a-t-il dit.

Ce vaccin est déjà actuellement testé auprès de 9.000 volontaires au Brésil, le deuxième pays le plus touché au monde par la pandémie de coronavirus, après les Etats-Unis. Celui qui est développé par le centre russe Gamaleïa était listé en phase 1.

Share