Liban: la maison de Carlos Ghosn "détruite" par les deux explosions

Share

Elle se trouvait à environ 5 kilomètres du port de la ville.

Les deux explosions survenues mardi 4 août dans le port de Beyrouth restent au cœur de l'actualité au Liban et un peu partout dans le monde.

Tous se basent sur l'article d'un média brésilien affirmant que Carole Ghosn, l'épouse de l'homme d'affaires, a déclaré que la maison avait été détruite après les explosions.

Comme le rapportent nos confrères du Parisien, l'ancien président de l'alliance Renault Nissan Carlos Ghosn habitait dans cette maison depuis sa fuite du Japon en décembre dernier.

Contrairement à ce qui avait été indiqué par un journal brésilien, la maison de Carlos Ghosn a simplement été endommagée par l'explosion à Beyrouth, a pu constater un journaliste de l'AFP. Aux dernières nouvelles relayées par RTL, la résidence de Carlos Ghosn aurait été détruite par ces déflagrations.

Il assure que Carole Ghosn, "contactée" par un journaliste, n'a pas dit que sa maison avait été détruite mais qu'elle avait subi des dommages, "comme beaucoup de maisons dans le quartier", précise l'entourage du couple Ghosn. L'auteur de l'article indique ainsi qu'une "source proche de la famille a précisé ce samedi que les dégâts à la maison étaient limités aux fenêtres et que la déclaration de Carole Ghosn reflétait la tension du jour de l'explosion". Ils ont été informés par les agents de sécurité de la maison que la propriété était devenue "inhabitable". À leur retour, "ils auraient réalisé que les dégâts n'étaient pas si graves".

La maison en question est toujours au centre d'un litige entre Carlos Ghosn et Nissan, propriétaire de l'habitation.

La famille Ghosn vit à Beyrouth depuis son évasion spectaculaire de Tokyo où l'ancien PDG de Renault était assigné à résidence dans le cadre d'une enquête d'évasion fiscale et d'abus de confiance menée au Japon.

Share