Donald Trump va interdire TikTok aux Etats-Unis — USA

Share

Ce souhait intervient à un moment où Donald Trump avait annoncé qu'il envisageait des mesures, allant jusqu'à l'interdiction, pour limiter l'utilisation de l'application aux Etats-unis. Ce réseau social est soupçonné par Washington de pouvoir être utilisé par le renseignement chinois.

Steven Mnuchin, le secrétaire au Trésor américain, avait fait savoir mercredi qu'il ferait une "recommandation " à la Maison-Blanche cette semaine.

Plusieurs médias américains ont affirmé vendredi que le président républicain avait l'intention d'imposer au groupe chinois de vendre TikTok, et d'autres spéculations parlaient de placement de l'entreprise dans la liste noire comme Huawei, ce qui empêcherait les entreprises américaines comme Apple et Google de leur fournir des services.

Selon le Wall Street Journal et l'agence Bloomberg, le président s'apprêtait à signer un ordre officiel pour obliger la maison-mère chinoise à se séparer de la très populaire application américaine, au nom de la protection de la sécurité nationale.

L'application, appartenant à l'entreprise chinoise ByTe Dance, est aujourd'hui populaire auprès des adolescents du monde entier. Ses utilisateurs réalisent des chorégraphies, chantent en playback, effectuent des challenges avec des effets visuels. Il y a quelques jours, le réseau social s'était engagé à avoir un haut niveau de transparence et notamment à permettre des contrôles de ses algorithmes, pour rassurer les utilisateurs et les régulateurs. "Notre seul objectif est de rester une plateforme animée et dynamique appréciée de tous", déclarait mercredi dans une note de blog le PDG de TikTok, Kevin Mayer, qui est américain. "Toute l'industrie est examinée de près, et avec raison. Nous l'acceptons et relevons le défi", détaillait-il. Les dirigeants du réseau social démentent cette accusation. D'autres pays s'interrogent également, et, le 30 juin, l'Inde a même interdit TikTok, tout comme 59 autres applications chinoises, pour "assurer la sécurité et la souveraineté du cyberespace indien".

Le Pakistan, pays musulman très conservateur, a lancé récemment "un ultime avertissement" à l'application de partage de vidéos TikTok afin qu'elle supprime de sa plateforme des contenus jugés "immoraux, obscènes et vulgaires". Elles sont poursuivies pour avoir violé "les valeurs morales et familiales".

Share