États-Unis : la première puissance mondiale entre officiellement en récession

Share

Les premières estimations du PIB au deuxième trimestre - dévoilées ce jeudi en Belgique, en Allemagne, en Autriche et aux Etats-Unis - donnent la mesure (provisoire) de l'impact économique des mesures de confinement prises dans les différents pays pour maîtriser la pandémie de covid-19.

Pour calculer leur croissance, les Américains utilisent le rythme annualisé, lequel compare le PIB à celui du trimestre précédent, et projette l'évolution sur l'année entière à ce rythme.

En glissement annuel - autrement dit: par rapport au deuxième trimestre de 2019, le recul du PIB est évalué à 14,5 %.

Selon le département du Commerce américain, ce plongeon " reflète la réponse apportée au Covid-19, avec des mesures de confinement imposées en mars et en avril, partiellement compensées par la réouverture d'une partie de l'activité dans certaines régions du pays en mai et juin ".

Les investissements privés ont quant à eux baissé de 49%. Et sans surprise, les dépenses du gouvernement fédéral ont bondi de 17,4 %, en raison de l'aide financière apportée aux ménages et aux entreprises.

Les prix à la consommation ont par ailleurs chuté de 1,9% sur le trimestre, quand ils étaient en hausse de 1,3% au premier trimestre, selon l'indice PCE également publié ce 30 juillet.

Avec des usines mises à l'arrêt pendant plusieurs semaines, des commerces et restaurants fermés, des quartiers d'affaires entièrement désertés par les cols blancs, le Grand confinement, entamé mi-mars aux Etats-Unis, a arrêté en pleine course une économie en bonne santé.

Share