Attention, les distributeurs de gel hydroalcoolique peuvent être dangereux pour les enfants

Share

Mais le problème n'est pas tant la solution hydroalcoolique en elle-même que la manière dont les distributeurs automatiques de gel sont positionnés.

La raison? Ils entraînent de plus en plus de brûlures oculaires chez les enfants.

"Ces distributeurs font environ un mètre de haut, et de plus en plus de petits, en voulant se nettoyer les mains, en reçoivent dans les yeux, ce qui occasionne des brûlures oculaires parfois sévères". Ils ont ainsi découverts que les trois enfants avaient commencé à ressentir des douleurs aux yeux après avoir utilisé des distributeurs de gel hydroalcoolique à pédale.

"Il suffit de 30 secondes pour que l'épiderme de la cornée se décolle (avec un alcool à 20%)". L'hôpital a accueilli six enfants de moins de quatre ans, dont trois avec des cas sévères de brûlures, nécessitant une intervention chirurgicale d'urgence contre un seul en 2019.

"Ces lésions peuvent provoquer une ulcération superficielle de la cornée qui peut secondairement provoquer des sur infections, provoquer des baisses de vision et qu'il faut traiter rapidement", explique le docteur Damien Gatinel à France Bleu Paris, chef de service en ophtalmologie à l'hôpital de la fondation Rothschild.

Dans un tweet, l'hôpital Rothschild recommande "de mettre en place des précautions supplémentaires dans le positionnement de ces distributeurs dans les lieux publics, ainsi qu'un affichage plus précis des risques oculaires graves par solution hydroalcoolique".

Un conseil: si ça arrive à votre enfant, rincez-lui immédiatement l'œil avec du sérum physiologique pendant au moins une demi-heure. Ainsi, les ophtalmologues appellent les parents à rester vigilants quand leurs enfants se trouvent à proximité de distributeurs de ce type. "Si une heure après, il se plaint de douleur, que son œil est rouge ou que sa vision diminue, n'hésitez pas à aller aux urgences ", précise-t-il encore. Elles peuvent aller jusqu'à la cécité, prévient Laurent Kodjikian, président de la société française d'ophtalmologie, qui lance l'alerte dans le Parisien.

Il possède des effets bactéricides, virucides et fongicides, mais ne nettoie pas les saletés.

L'Agence nationale de sécurité du médicament (anciennement Afssaps) conseille de privilégier les solutions hydroalcooliques "testées selon la norme NF EN 14476". Et précise que "ces informations doivent figurer explicitement sur l'étiquetage". Là encore, la concentration en alcool doit figurer sur l'étiquetage.

Share