Suspension du traité d'extradition de la Nouvelle-Zélande avec Hong Kong

Share

Dans ce système, " Hong Kong jouissait, d'une large autonomie par rapport à la Chine continentale dirigée par le Parti communiste chinois, ses habitants bénéficiant notamment de la liberté d'expression, de la liberté de la presse et d'une justice indépendante". Les 27 ont décidé mardi de limiter les exportations d'équipements utilisables pour la surveillance et la répression à Hong Kong.

Le ministre des Affaires étrangères néo-zélandais estime que son pays "ne peut plus avoir confiance dans l'indépendance du système judiciaire de Hong Kong".

Plusieurs pays occidentaux, les Etats-Unis en tête, ont appelé la Chine à revenir sur sa loi sur la sécurité nationale à Hong Kong.

"La Chine est fermement opposée aux décisions erronées de l'UE et a transmis de sérieuses observations à l'UE", a-t-il martelé, l'exhortant à "respecter réellement la position de la Chine sur la défense de la sécurité nationale à Hong Kong et à cesser de s'ingérer de quelque manière que ce soit dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine". Or, la loi de sécurité chinoise contrevient largement à ce régime particulier dont jouit Hong Kong. Disneyland Hong Kong à la mi-juin.

Cette sanction commerciale est accompagnée d'un volet de mesures visant à soutenir la population du territoire, au travers d'un octroi de visa facilité, de bourses d'études et d'échanges d'universitaires.

Cette législation va avoir "un impact" sur les relations de l'UE avec la Chine, avait annoncé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. A l'initiative de la France et de l'Allemagne, cette décision permet désormais à l'UE d'avoir une " boîte à outils commune " à la disposition des Etats membres pour leur permettre de réagir, a déclaré Heiko Maas [Deutsche Welle].

Les attaques se sont poursuivies au moins jusqu'au 21 juillet.

Rappelons que la loi ayant suscité de telles mesures venant de l'Union Européenne a été prise le 30 juin dernier. Cela correspond à la période des tensions à Hong Kong, avant l'entrée en vigueur de loi de sécurité répressive chinoise.Ces intrusions se manifestent à un moment crucial pour les relations entre la Chine et le Saint-Siège, parce que des négociations sont encore pleinement en cours à propos du prolongement de l'accord de collaboration temporaire de 2018.

Share