Perseverance, l'explorateur de la Nasa a rencontré des problèmes techniques

Share

Seuls des robots américains ont réussi cet exploit jusqu'ici, mais la Chine vient également d'en envoyer un.

Son lancement par une fusée Atlas V a eu lieu jeudi à 12h50 (en Suisse) depuis la base de Cap Canaveral en Floride.

Le vaisseau transportant le rover Perseverance, vers Mars, connaît des difficultés techniques et opère en n'utilisant que ses fonctions essentielles.

Le premier étage de la fusée s'est détaché quelques minutes plus tard, avant une deuxième poussée, depuis l'orbite terrestre, qui a propulsé Perseverance sur sa trajectoire en direction de Mars.

Les traces d'un delta ont été repérées dans le cratère Jezero [NASA/JPL/JHU-APL/MSSS/Brown University - Domaine public] Le rover lancé par la Nasa emporte aussi un mini-hélicoptère, Ingenuity, qui tentera le premier vol d'un appareil sur une autre planète.

Après Sojourner en 1997, Spirit et Opportunity en 2004 et Curiosity en 2012, un cinquième "rover" - véhicule conçu pour l'exploration du sol d'une autre planète - s'apprête à fouler le sol martien. Il a été envoyé sur Mars pour tenter de découvrir toute forme de vie qui aurait pu exister sur la Planète rouge par le passé.

Le nouveau rover, construit au mythique Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena en Californie, est une version améliorée de Curiosity: ses six roues sont plus robustes, il est plus rapide, plus intelligent et peut s'auto-piloter sur 200 mètres par jour. Il serait donc possible pour les scientifiques de les analyser avec toute la panoplie d'instruments à leur disposition.

Un autre objectif est de préparer de futures missions humaines, en faisant l'expérience de production d'oxygène sur place, à partir du dioxyde de carbone de l'atmosphère martienne.

La mission embarque le rover Perseverance qui va chercher des traces (microscopiques) de vie passée passée aux premiers temps de Mars quand cette dernière pouvait encore accueillir de l'eau liquide à sa surface. Avant que la planète rouge ne devienne froide et sèche, pour une raison qui échappe encore aux planétologues. Il prélèvera des échantillons de roches et de sol en utilisant une foreuse.

La preuve indiscutable de vie passée sur Mars ne sera très probablement pas confirmée, si elle existe, avant l'analyse de ces échantillons la décennie prochaine, selon Thomas Zurbuchen, chef scientifique de la Nasa. "Les deltas sont des endroits formidables pour préserver des matières organiques et autres types de biosignatures", dit Tanja Bosak, du MIT et membre de l'équipe scientifique.

Share