Pèlerinage à la Mecque : "On n'avait jamais vu de telles images"

Share

D-après une source officielle, la présidence générale des affaires de la Grande Mosquée (Al-Masjid Al-Haram) et d'Al-Masjid Annabaoui (Mosquée du Prophète) a achevé la mise en place des marquages au sol au niveau de l'esplanade entourant la Ka'aba, des couloirs et des portes d'entrée, afin de garantir la sécurité des pèlerins dans le cadre du plan de prévention réservé au Hajj pour cette année. La pandémie de la Covid19 qui sévit à travers le monde a fortement impacté le Hadj 2020 qui n'a pas connue une grande affluence contrairement aux années précédentes.

Dans la ville sainte musulmane en Arabie saoudite, seuls de mille (selon Ryad) à 10.000 (selon les médias locaux) fidèles ont été autorisés à prendre part au grand pèlerinage annuel, contre 2,5 millions l'année dernière. Ce qui engendrera fortement une grande perte au plan budgétaire.

En amont, ils doivent subir un test de dépistage, s'auto-isoler à leur domicile et pour certains porter un bracelet électronique, permettant aux autorités de retracer si besoin leurs déplacements et leurs contacts.

"'Il n'y a pas de problèmes de sécurité dans ce pèlerinage, mais [downsizing] est de protéger les pèlerins du danger de la pandémie", a déclaré le directeur de la sécurité publique de l'Arabie saoudite, Khalid bin Qarar al-Harbi.

Le hajj est l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s'il en a les moyens.

Des équipes d'ouvriers se sont employées à nettoyer et à désinfecter les alentours de la Kaaba, construction cubique au cœur de la Grande mosquée de La Mecque vers laquelle se tournent les fidèles du monde entier pour prier.

Environ 70% des pèlerins sont des résidents étrangers dans le royaume, qui a enregistré environ 270.000 cas d'infection au nouveau coronavirus, l'un des taux les plus élevés du Moyen-Orient. Le ministre du Hadj Mohammed Benten a insisté sur la transparence du processus, soulignant que le critère déterminant avait été " la protection de la santé " des participants.

Les deux tiers sont des résidents étrangers parmi les 160 nationalités différentes qui auraient normalement été représentées au Hajj.

En temps normal, le hajj, et le "petit pèlerinage" de la omra, rapportent environ 12 milliards de dollars (10,3 milliards d'euros) par an mais cette année, les restrictions vont aggraver le marasme économique du royaume, affecté par la chute des prix du pétrole.

La "omra", qui attire chaque mois à La Mecque plusieurs dizaines de milliers de fidèles, peut être réalisée à n'importe quelle période de l'année, à la différence du hadj, qui ne peut être effectué qu'à des dates précises du calendrier lunaire islamique. Après avoir dû faire face à la baisse de ses recettes pétrolières, l'Arabie Saoudite doit donc composer avec cet effondrement d'une autre partie de son activité.

Share