Coronavirus: deux projets de vaccins montrent des résultats encourageants

Share

A chaque fois que l'un des quelque 250 projets de vaccin contre le Covid-19 passera avec succès une étape dans le processus de certification nous aurons droit à une annonce avec tambours et trompettes. Deux projets, un britannique et un chinois, ont produit une réponse immunitaire importante et démontré leur sûreté pour les patients, selon les résultats de deux essais cliniques distincts, publiés lundi 20 juillet dans la revue médicale britannique The Lancet. L'un porte sur le vaccin développé par une équipe du Royaume-Uni et l'autre sur le projet d'une équipe chinoise.

Le premier, britannique, développé par l'université d'Oxford en partenariat avec AstraZeneca, a généré "une forte réponse immunitaire" dans un essai sur plus de 1000 patients.

Le professeur Sarah Gilbert, de l'université d'Oxford, au Royaume-Uni, a déclaré à BBC: "Il reste beaucoup de travail à faire avant de pouvoir confirmer si notre vaccin aidera à gérer la pandémie de Covid-19, mais ces premiers résultats sont prometteurs". Leur efficacité pour protéger du coronavirus devra encore être établie dans un essai de phase 3, sur un nombre de participants plus important, avant d'envisager leur commercialisation à grande échelle.

"Ces deux essais montrent que d'une part, les deux vaccins sont bien tolérés". Dans les deux cas, les scientifiques ont observé la réaction de l'organisme. Ils ont été génétiquement modifiés pour produire la protéine de pointe (ou "spike") du coronavirus Sars-CoV-2, l'idée étant que le système immunitaire du patient puisse par la suite le "reconnaître" s'il est réellement infecté.

La course contre la montre que se livrent les laboratoires en quête d'un vaccin contre le Covid-19 est entrée dans la dernière ligne droite.

Seul l'essai chinois comportait des patients de plus de 55 ans, et chez ces derniers, les taux d'anticorps observés étaient moins élevés.

Selon la revue, les points communs entre ces deux vaccins est qu'ils ne provoquent pas d'effets indésirables graves. "Il est possible qu'une dose supplémentaire (de vaccin) soit nécessaire pour entraîner une réponse immunitaire plus forte dans la population âgée", a estimé l'un des auteurs, Wei Chen, de l'Institut de Biotechnologie de Pékin.

Seul le chinois Sinovac est aussi avancé: il a annoncé le 6 juillet que la 3e et dernière phase de développement de son vaccin débuterait "ce mois-ci", en collaboration avec le brésilien Butantan.

Share