Sept grands fleuves européens pollués par des masques et des gants

Share

L'actuelle pandémie du coronavirus continue de faire des ravages et oblige ainsi certains pays à adopter de nouvelles méthodes comme l'imposition du port des masques de protection. En dehors des conséquences économiques de la maladie qui ont amené les différents pays et les grandes institutions à débourser des milliards de dollars, le virus pourrait aussi avoir un impact majeur sur le climat surtout avec les différents éléments utilisés pour contrer sa propagation. Les fleuves étudiés font partie des neuf grands fleuves européens explorés en 2019 par la goélette scientifique Tara, dans le cadre d'une mission sur les microplastiques: la Tamise, l'Elbe, le Rhin, la Seine, l'Ebre, le Rhône, le Tibre, la Garonne et la Loire.

"Les scientifiques des laboratoires partenaires" de Tara ont "retrouvé masques et gants systématiquement" sur les berges et les plages de sept fleuves européens, lors de prélèvements effectués "au mois de juin", a déclaré Romy Hentinger, responsable du plaidoyer et de la coopération internationale de la fondation, sur la radio française France Inter. C'est le constat qu'a fait la Fondation Tara Océan, dont le navire scientifique (qui fait office de laboratoire flottant) parcourt sans cesse les fleuves du continent pour mieux étudier leur pollution. Les masques de protection à usage unique, en polypropylène, sont très fins et vont se fragmenter rapidement. Ainsi les masques réutilisables pourraient être une meilleure alternative toutefois, accompagnée des gestes écocitoyens qui consistent à jeter dans les poubelles ce qui n'est plus à utiliser.

Share