Covid-19 : Pourquoi le masque ? Le virus est dans l'air

Share

L'épidémie a pour l'instant fait plus de 30.000 victimes et contaminé au moins 170.000 personnes.

La saison propice aux retrouvailles familiales et aux festivités diverses présente un contexte favorable à une reprise active de la circulation du virus en Nouvelle-Aquitaine, région, de surcroît, très touristique.

Dans son bilan journalier du 15 juillet, Santé Publique France avertit sur le taux de reproduction du virus pour la première fois supérieur à 1.

"C'est pourquoi nous avons demandé au préfet de Mayenne de mettre en place un certain nombre de mesures comme l'obligation du port de masque dans les lieux publics sans attendre la date du 1er août", a-t-il ajouté, évoquant également le renforcement des capacités de tests.

Le même jour, le gouvernement s'est engagé à le rendre obligatoire dans tous les lieux publics fermés notamment dans les commerces sur tout le territoire "dès la semaine prochaine".

" Nous aurons averti les autorités sanitaires de l'importance fondamentale de cette mesure bien avant que les choses ne prennent un tour dramatique", ont-ils écrit dans Libération. "Il y a des groupes de patients identifiés, des chaînes de contamination qui sont traquées", a développé Olivier Véran. La plupart des cas se trouvent dans des "lieux clos ou confinés dans lesquels on sait identifier les personnes qui sont malades", mais "il y a aussi du virus qui circule sur le territoire". "Il y a un grand nombre de Franciliens qui souhaitent partir en vacances et qui veulent se faire tester avant de partir, ce qui veut dire qu'il y a un afflux massif de personnes qui veulent accéder aux laboratoires depuis quelques jours", a pointé le ministre de la Santé.

D'autres régions restent en alerte face à des signes de reprise de l'épidémie. Santé publique France qualifie la situation en Gironde de "modérément vulnérable". "Ce cas s'est révélé après la fin de l'année scolaire" expliquent-ils.

La crise du coronavirus n'est pas terminée, loin de là même selon Olivier Véran, le ministre de la Santé interrogé ce jeudi matin sur France Inter.

Olivier Véran appelle les Français à rester "vigilants".

Share