Grande-Bretagne : Boris Johnson décide d'exclure Huawei de son réseau 5G

Share

En effet, l'achat de nouveaux équipements Huawei est interdit, dès la fin 2020, et les équipements existants devront être retirés, d'ici à 2027, a déclaré le ministre chargé de la Culture et du Numérique, Oliver Dowden, à la chambre des Communes.

" Le meilleur moyen de sécuriser notre réseau est que les opérateurs cessent d'utiliser les équipements Huawei pour construire le futur réseau 5G britannique", a souligné le ministre.

Si la France n'a pas totalement banni Huawei de son réseau 5G, le gouvernement britannique a, lui, exclu mardi le géant chinois des équipements télécoms en raison d'un risque pour la sécurité du pays.

"Cela n'a pas été une décision facile, mais c'est la bonne pour les réseaux télécoms britanniques, pour notre sécurité nationale et pour notre économie - maintenant comme à long terme", a-t-il ajouté. Le Royaume-Uni est soumis depuis plusieurs mois à de fortes pressions de l'administration américaine, qui accuse Huawei d'espionnage à la solde de la Chine.

"La décision du Royaume-Uni reflète un consensus international grandissant sur le fait que Huawei et d'autres acteurs représentent une menace pour la sécurité nationale car ils restent redevables au Parti communiste chinois", a indiqué mardi Robert O'Brien, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

Le gouvernement britannique avait permis en janvier au géant des télécoms chinois de construire jusqu'à 35% de l'infrastructure no- stratégique nécessaire pour déployer le nouveau réseau 5G du pays.

Ce délai de sept ans devrait satisfaire les opérateurs britanniques comme BT, Vodafone et Three, qui craignaient de devoir consacrer des milliards de livres sterling au remplacement rapide de leurs équipements en cas d'échéance plus proche. L'excuse directe évoquée pour cette volte face dans la politique menée par le premier ministre britannique Boris Johnson est l'impact des nouvelles sanctions américaines.

Oliver Dowden a reconnu que cette exclusion de Huawei retarderait néanmoins le déploiement de la 5G dans le pays de deux à trois ans et en augmenterait le coût jusqu'à 2 milliards de livres sterling (2,2 milliards d'euros).

Actuellement, Huawei, Ericsson et Nokia se partagent 80% des réseaux télécoms commerciaux 5G dans le monde.

Downing Street a promis d'étendre les droits à l'immigration, et à terme l'accès à la citoyenneté britannique, pour des millions d'habitants de son ex-colonie, une mesure dénoncée par la Chine comme une "ingérence grossière " dans ses affaires intérieures.

Share