Crise économique. À La Halle, 2.200 salariés sur 5.500 vont être licenciés !

Share

L'horizon s'éclaircit pour les quelque 5 300 salariés de La Halle. L'offre du groupe familial malouin a en effet été jugée comme le projet le plus pertinent et favorable à la sauvegarde de l'emploi, pérennisant 2 520 emplois en France, 366 magasins et l'activité de l'entrepôt logistique de Montierchaume (Indre). Parmi les autres repreneurs validés par le tribunal parisien, figurent des enseignes spécialisées dans la chaussure, a précisé à l'AFP Karim Cheboub, délégué CGT de La Halle. Leur avenir se décidait ce mercredi 8 juillet devant le tribunal de commerce de Paris.

Il doit encore se prononcer sur celles d'acteurs alimentaires, eux aussi intéressés (Aldi, Lidl, Carrefour...). Son magasin sera repris par Chaussea. La décision du tribunal sur ce second volet est attendue "dans les prochains jours", détaille-t-on chez Vivarte.

Pour rappel, les magasins "La Halle", du groupe Vivarte, étaient en redressement judiciaire. Comme pléthore d'autres enseignes de mode ou de meubles en grandes difficultés (Conforama, Camaïeu, Alinéa, Celio, PicWicToys, Damart, Naf Naf, André, Orchestra-Prémaman...), La Halle a subi de plein fouet la crise sanitaire, et l'obligation de fermer ses magasins pendant près de deux mois.

Cette reprise actée, Beaumanoir promet d'injecter 60 millions d'euros pour la relance de l'enseigne, en passant notamment par des efforts sur l'e-commerce. Il s'agit du groupe français Beaumanoir, propriétaire de Morgan, choisi par le tribunal de commerce de Paris pour reprendre la quasi-totalité de l'activité mode de l'enseigne de chaussures et de vêtements en redressement judiciaire.

En tenant compte des offres de reprise partielle déposées mi-juin, le PDG de Vivarte, Patrick Puy, avait alors estimé à 1.770 le nombre de personnes susceptibles de faire l'objet d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

Share