Des progrès compromis par l'épidémie de Covid-19 — Sida

Share

" Pour ce faire, plusieurs études devraient ainsi être présentées pour mesurer l'impact et l'ampleur du phénomène, notamment en termes de rupture et de difficultés d'accès au traitement ", soulignent les organisateurs, en évoquant le fait que la pandémie de Covid-19 et les confinements des populations qu'elle a entraînés pourraient avoir des répercussions négatives et présenter un risque accru de contamination auprès de certaines populations surtout, les détenus et les usagers de la drogue.

La nouvelle est porteuse d'espoir pour des millions de patients partout dans le monde. C'est la plus haute proportion jamais atteinte, et c'est environ dix fois plus qu'au milieu des années 2000.

L'OnuSida révèle encore que l'action des Etats est actuellement freinée à la fois par l'attention concentrée sur la lutte contre la Covid-19 et par les inégalités sociales persistantes qui en découlent, exposant plus que par le passé les communautés vulnérables et marginalisées au risque d'infection à Vih. Une interruption totale de six mois du traitement contre le VIH entraînerait plus de 500.000 morts supplémentaires en Afrique subsaharienne sur la période 2020-2021. Selon l'ONU, 1,7 million de nouveaux cas ont été découverts en 2019, amenant le nombre de personnes touchées à 40 millions.

Et d'ajouter: " Cette interruption pourrait empêcher la riposte mondiale au VIH d'atteindre ses engagements pour 2020 ".

En outre, l'Onusida s'alarme des potentielles conséquences du confinement et des fermetures de frontières sur "la production et la distribution des médicaments".

"On estime que le coût final des traitements antirétroviraux produits en Inde (où est fabriquée la majeure partie des médicaments génériques, NDLR) pourrait être de 10 % à 25 % plus élevé que leur prix normal ".

"Les résultats de cette enquête sont très inquiétants", a commenté dans un communiqué le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

C'est à la veille de la conférence semestrielle de la Société Internationale du Sida (Isa), que 73 pays ont averti qu'ils risquaient de manquer de médicaments antirétroviraux (Arv) en raison de la pandémie de Covid-19.

Autrement dit, l'épidémie du sida gagne du terrain dans le monde et depuis 2010, signale la même source; les infections à Vih ont augmenté de 72% en Europe de l'Est et en Asie centrale; 22% au moyen orient et en Afrique du nord et de 21% en Amérique latine.

"Nous n'arriverons pas à atteindre nos objectifs pour 2020, réduire à moins de 500.000 le nombre de morts liés au sida et le nombre de nouvelles infections", déplore-t-elle.

S'appuyant sur les statistiques actuelles de la maladie, les organisateurs de cette rencontre ont signifié que cette année tous les programmes initiés dans le cadre de la lutte contre le sida ont pâti du fait de l'épidémie de la Covid-19.

Share