5G : "pas de bannissement total" de Huawei en France (Anssi aux Echos)

Share

Quand bien même, leur situation est différente et va appliquer une gestion spécifique: " Notre logique, c'est que tous les opérateurs ne partent pas sur les mêmes bases: certains vont devoir démanteler des équipements, d'autres pas; donc ils ne peuvent pas tous être traités de la même manière. "Nous ne sommes pas dans du Huawei bashing, ni dans du racisme anti-chinois, se défend le directeur général".

Dans une interview aux Echos, son directeur général affirme que le recours aux équipements du groupe chinois va être fortement restreint sans pour pour autant être totalement interdit: " Ce que je peux dire, c'est qu'il n'y aura pas un bannissement total. "Les opérateurs qui nutilisent pas Huawei, nous les incitons à ne pas y aller, car cest un peu le sens naturel des choses", tels ont été les propos avancés par Poupard ce dimanche.

Poupard a rajouté: " Pour ceux des opérateurs qui utilisent déjà des équipements de Huawei, nous délivrons des autorisations pour des durées qui varient entre trois et huit ans ". Par ailleurs, ces dernières interviennent dans un contexte de conflits diplomatiques entre les Etats-Unis et la Chine. Nous disons juste que le risque nest pas le même avec des équipementiers européens quavec des non européens. En effet, Washington soupçonne l'équipementier d'espionner pour le compte de la Chine, et s'inquiète surtout de l'avancée technologique prise par Huawei.

Le déploiement de la 5G, avec le rôle qu'y joue Huawei, est devenu un enjeu géopolitique international.

Accusé de faire de l'espionnage industriel par les États-Unis, le chinois semble perdre des alliés et d'éventuels clients pour ses accessoires.

Les opérateurs devraient être fixés dans les prochains jours. Free (Iliad) avait pour sa part opté dès septembre 2019 pour un partenariat avec Nokia pour construire son réseau 5G en France et en Italie.

"Voilà tout le sens de la discussion avec les opérateurs télécoms sur le choix de leurs équipementiers". "La vraie question en cas de refus, c'est comment on rend cette décision absorbable par l'opérateur. [.] L'objectif n'est évidemment pas de les tuer!", dit le patron de l'Anssi.

Ils veulent également s'appuyer sur ces équipements pour déployer la 5G. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) doit publier les résultats d'un rapport préliminaire sur le sujet au premier trimestre 2021.

Nokia et Ericsson ont été choisis comme principaux fournisseurs de réseaux 5G à Singapour, ont déclaré les opérateurs de télécommunications, ne laissant à Huawei qu'un rôle mineur alors que le géant chinois de la technologie fait face à une pression croissante des États-Unis.

Share