Un service de police visé par de multiples enquêtes — Seine-Saint-Denis

Share

Six policiers de la CSI de Seine-Saint-Denis sont visés par une "enquête ouverte en 2019 pour des motifs de vol, séquestration, transport et usage de stupéfiants ainsi que de faux en écriture publique". Il s'agit pour la plupart de faits de violences, vols, falsifications de procès-verbaux et délits liés au trafic de stupéfiants. Au total, six policiers avaient été placés en garde à vue lundi dans les locaux de l'IGPN.

Six policiers de la CSI 93, dont au moins un officier, sont interrogés depuis ce lundi matin par les enquêteurs de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), dans le cadre d'une commission rogatoire délivrée par un juge d'instruction du tribunal judiciaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis) rapporte Le Point. Cette compagnie avait été déjà au coeur d'une controverse en août 2019 quand six de ses membres avaient été placés en garde à vue, soupçonnés d'être impliqués dans l'interpellation violente d'un jeune homme de 20 ans à Saint-Ouen.

Ce sont des soupçons au sein de leur hiérarchie qui ont déclenché ces investigations.

Des images, provenant d'une vidéo amateur et de la vidéosurveillance, montraient un policier en civil asséner plusieurs coups au visage de l'interpellé. Les quatre policiers sont mis en cause pour "violences par personnes dépositaires de l'autorité publique", "faux en écriture publique", "atteintes aux libertés individuelles" et "trafic de stupéfiants", a précisé une source proche du dossier.

Les fonctionnaires sont soupçonnés d'avoir racketté des délinquants et notamment des trafiquants de drogue, d'avoir pendant des mois monté de fausses procédures contre ces délinquants et de leur avoir extorqué d'importantes sommes d'argent.

Share