Les époux Fillon reconnus coupables dans l'affaire d'emplois fictifs — Justice

Share

Nathalie Gavarino, la présidente du tribunal vient de motiver dans un long monologue pourquoi, l'ancien premier ministre, son épouse Penelope Fillon ainsi que Marc Joulaud étaient coupables des principaux faits qui leurs sont reprochés. Mais nul ne sait quel tournant prendra l'audience à 13h30.

La défense espère rebondir sur de récentes déclarations d'Eliane Houlette, ancienne patronne du PNF, qui a fait état de "pressions" procédurales de son autorité de tutelle, le parquet général, pendant cette enquête sensible.

La défense, qui dénonce depuis trois ans une enquête "à charge" menée en pleine campagne présidentielle, espérait que le tribunal attende l'avis du CSM et la fin de la commission d'enquête parlementaire sur l'indépendance de la justice, devant laquelle s'exprimait Mme Houlette, pour en discuter et statuer. Si elle refuse, elle rendra sa décision dans la foulée.

Donné favori à la présidentielle, François Fillon, chantre de la droite conservatrice, avait finalement été éliminé au premier tour après une campagne minée par cette affaire qu'avait révélée le Canard Enchaîné.

A 66 ans, François Fillon, désormais retraité de la politique, s'est reconverti dans la finance.

Son épouse a elle été condamnée à trois ans de prison avec sursis, 375.000 euros d'amende et deux ans d'inéligibilité. A cela s'ajoutent une peine inéligibilité de 10 ans et 375 00 euros d'amendes.

Marc Joulaud, maire sortant de Sablé-sur-Sarthe, battu dimanche soir aux municipales mais élu au conseil municipal, a quant à lui été condamné à trois ans d'emprisonnement avec sursis, 20.000 euros d'amende avec sursis et cinq ans d'inéligibilité.

Les trois prévenus ont en outre été condamnés à rembourser plus d'un million d'euros à l'Assemblée nationale pour ces "détournements de fonds publics".

Pour le tribunal, ses contrats n'avaient "aucune consistance" et ne répondaient à "aucun besoin".

Entre 1998 et 2013, la discrète Galloise de 64 ans a perçu au total 613.000 euros nets au titre de contrats connus seulement de quelques proches. Car Fillon n'est pas Balkany et cette condamnation qui l'accable aurait tout aussi bien pu s'appliquer à Jacques Chirac pour les " frais de bouche " de l'Hôtel-de-ville de Paris.

Rôle social d'un conjoint d'élu ou réel emploi de collaborateur?

Ces activités, que Penelope Fillon a peiné à décrire précisément, restent toutefois difficiles à circonscrire, réalisées en tant qu'épouse ou pour aider le Fillon député ou ministre, avec ou sans contrat de collaboratrice parlementaire...

Le tribunal correctionnel de Paris a jugé fictifs les emplois de Mme Fillon comme assistante parlementaire de son époux et du suppléant de ce dernier, Marc Joulaud, et la plupart des emplois d'assistants des enfants Fillon auprès de leur père sénateur.

Share