Des milliers d’emplois menacés

Share

Malgré l'apport financier substantiel de l'État à la compagnie aérienne -4 milliards d'euros de prêts bancaires garantis et 3 milliards de prêt direct-, la direction veut supprimer 8000 à 10000 postes.

"L'ensemble des signataires s'oppose au fait que les milliards d'euros d'aides au groupe Air France puissent déboucher sur une destruction massive d'emplois dans le groupe Air France, ainsi que sur une déstructuration des périmètres industriels respectifs", écrivent-ils, en demandant à "être reçu (s) de manière collégiale dans les plus brefs délais" par le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith.

Les destinations au départ d'Orly disposant d'une alternative ferroviaire de moins de 2H30, comme Lyon, Nantes ou Bordeaux, sont menacées.

Christophe Malloggi, de FO Air France, dénonce des "mesures contraignantes pour l'emploi" liées au prêt de l'État et estime que "le gouvernement a un rôle à jouer".

Après un conseil d'administration Air France prévu lundi, la direction présentera vendredi aux organisations syndicales une version actualisée de la gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences (GPEC), lors d'un comité social et économique central (CSEC) extraordinaire au siège, à Roissy.

Les annonces seront précisées lors de CSE d'établissements la semaine suivante. Des milliers d'emplois sont menacés. "Nous sommes prêts à entrer dans des négociations pour le bien de l'entreprise" mais "la direction va devoir nous entendre sur certains points", a indiqué à l'AFP Farid Slimani, de l'Unsa Aérien.

Au sein de la compagnie Air France, les suppressions de postes, exprimées en ETP (équivalents temps pleins), passeront par des départs naturels non remplacés (environ 3.500) et par des départs volontaires pour l'essentiel, même si, de mêmes sources, des départs contraints ne sont pas exclus pour le personnel du réseau court-courrier. Le SNPL a validé une RCC concernant un maximum de 403 pilotes, soit 10% des effectifs chez les pilotes, d'ici la fin de l'année. Il s'agit de la première RCC chez Air France. Enfin, au sol, fonctions supports et services administratifs sont aussi sur la sellette.

Share