Macron retient 146 propositions sur 149 — Convention climat

Share

Regardez l'intégralité des discours de la convention citoyenne pour le climat à l'Elysée, et notamment celui du président de la République Après avoir rendu hommage à la qualité du travail des membres de la convention citoyenne, "Votre engagement aussi constant et aussi fort à été une première", Emmanuel Macron s'est engagé à transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou encore soumettre à référendum "la totalité des propositions", "à l'exception de trois d'entre elles".

Certaines seront décidées dès la fin juillet, d'autres intégrées au plan de relance mais la plupart feront l'objet d'un "projet de loi spécifique" multi-mesures en septembre, a-t-il précisé.

Emmanuel Macron a annoncé lundi que 15 milliards d'euros supplémentaires sur deux ans seront injectés pour la conversion écologique.

Emmanuel Macron a rejeté lundi la taxe de 4% sur les dividendes, une des mesures proposées par la Convention citoyenne sur le climat, qui risquerait selon le chef de l'Etat de "décourager l'investissement". " Je ne dis pas qu'il ne faut pas réorienter une partie des investissements vers des investissements plus verts, mais mettre sur tous les investissements une taxe, c'est réduire notre chance d'attirer l'investissement supplémentaire ", a-t-il justifié.

Emmanuel Macron s'est opposé à trois mesures sur les 149 proposées par les membres de la Convention. Il a ainsi décidé de "reporter le débat" sur la limitation à 110 km/h sur les autoroutes.

"La transition écologique ne doit pas se faire au détriment des communes, des régions les plus enclavées", a plaidé le chef de l'Etat, expliquant aussi vouloir éviter que les travaux de la convention ne "s'abîment dans une polémique".

Le Premier ministre Edouard Philippe au palais de l'Elysée à Paris le 24 juin 2020
Le Premier ministre Edouard Philippe au palais de l'Elysée à Paris le 24 juin

Macron approuve un moratoire sur les zones commerciales.

"Arrêter la bétonisation, c'est un projet pour rendre notre pays plus humain, au fond plus beau" et pour retrouver des commerces de centre-ville et mettre fin à un étalement des logements, a-t-il insisté, "c'est un modèle dont nos concitoyens veulent sortir".

Le chef de l'Etat n'a pas non plus repris la proposition de la Convention de réécrire le préambule de la Constitution en plaçant l'environnement au-dessus de des autres valeurs fondamentales de la République.

Il s'est en revanche dit favorable à une réécriture de l'article premier la Constitution pour y introduire les notions de biodiversité, d'environnement et de lutte contre le changement climatique.

Dès lors le chef de l'Etat est favorable à engager à l'Assemblée nationale et au Sénat un débat en vue d'une réforme constitutionnelle qu'il souhaite "voir aboutir d'ici 2021".

Emmanuel Macron s'est dit "prêt" à soumettre à des référendums dès 2021 certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat, d'une part pour modifier la constitution, d'autre part pour des mesures spécifiques. Création de nouvelles conventions citoyennesLe Président de la Répubique a aussi souhaité la création de nouvelles conventions citoyennes, "sur d'autres sujets" que le climat, et annoncé la prochaine transformation du Conseil économique social et environnemental (Cese) en "chambre des conventions citoyennes".

Share