Réouverture des frontières: l'UE reporte sa décision

Share

Vendredi soir, les ambassadeurs des pays de l'Union Européenne (UE) et de l'espace Schengen avaient proposé une liste d'une quinzaine d'Etats. Dans cette liste figure la Chine sous condition mais pas les Etats-Unis où l'épidémie semble hors de contrôle.

Les pays dont les ressortissants seront autorisés à entrer en Europe, selon le projet de liste, sont les suivants: Cité du Vatican, Monaco, Monténégro, Andorre, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Ukraine, Albanie, Turquie, Kosovo, République populaire démocratique de Corée, Turkménistan, Vietnam, Chine, Thaïlande, Myanmar, Mongolie, Japon, Corée du Sud, Géorgie, Bhoutan, Liban, Indonésie, Ouzbékistan, Inde, Tadjikistan, Kazakhstan, Palau, Nouvelle-Zélande, Australie, Dominique, Bahamas, Sainte-Lucie, Uruguay, Jamaïque, Cuba, Guyane, Paraguay, Venezuela, Nicaragua, Costa Rica, Canada.

Sont aussi admis les voyageurs africains d'Angola, de Tunisie, de Namibie, d'Ouganda, de Mozambique, de Maurice, de la Zambie, du Rwanda, d'Éthiopie, du Maroc, de l'Algérie, et de l'Égypte.

La liste ne comprend donc pas les États-Unis, pays le plus touché par la pandémie de coronavirus tant en nombre de morts que de cas, avec 124 732 décès pour 2,4 millions de cas. Pas plus que le Brésil ou la Russie. Certains d'entre eux ne se sont pas prononcés, et les capitales ont ce jusqu'à 18h ce samedi pour donner une réponse, après quoi la présidence croate de l'UE décidera de la marche à suivre. Elle devrait être révisée toutes les deux semaines.

Si le contrôle des frontières reste une compétence de chaque Etat, l'Union européenne s'efforce de se coordonner le plus possible sur la question des voyageurs à autoriser sur son sol, en raison de la libre circulation qui reprend dans l'espace Schengen, avec la levée des restrictions décidées pour lutter contre le coronavirus. La Grèce a commencé dès le 15 juin à rouvrir ses aéroports à plusieurs pays hors UE, dont la Chine, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud.

Certains pays touristiques se montrent désireux de rouvrir sans tarder.

"Nous demandons instamment qu'un accord soit conclu rapidement", avait déclaré dans la journée la porte-parole du gouvernement espagnol, Maria Jesus Montero.

Les membres de l'Union européenne (UE) ne parviennent toujours pas à s'accorder sur une liste de pays que leur niveau de contamination au covid-19 permettrait de considérer comme "sûrs ", permettant à leurs résidents de venir en Europe en juillet.

La proposition discutée, qui doit donner lieu à une recommandation du Conseil (institution représentant les Etats membres), contient également d'autres critères: une tendance à la stabilité ou à la baisse des nouveaux cas, ainsi que les mesures mises en place par un pays pour lutter contre la pandémie, dont la pratique de tests.

Share