L'Oréal annonce supprimer certains mots de ses produits — Racisme et discrimination

Share

"Tous les détails comptent", répond Yves Marin, qui observe un "regain de prudence" des entreprises: "Pour une sensibilité à fleur de peau concernant les sujets d'ostracisme et de racisme en général, le plus petit détail peut vous emmener vers des conséquences en termes de communication qui sont insoupçonnées au moment de son origine". La multinationale L'Oréal vient par exemple d'annoncer qu'elle allait revoir une partie de sa stratégie marketing et de repenser sa façon de vendre certains de ses produits.

Samedi 27 juin, le géant français L'Oréal a annoncé dans un communiqué qu'il ne vanterait plus les effets "blanchissants" de ses produits pour la peau.

Cette décision intervient dans un contexte mondial de manifestations anti-racistes. Mais l'une d'elles, Priyanka Chopra, s'est retrouvée vouée aux gémonies sur les médias sociaux pour avoir soutenu le mouvement Black Lives Matter tout en gardant son rôle d'ambassadrice pour une de ces marques.

Unilever a promis pour sa part de ne plus recourir au mot "Fair " car la marque se dit "engagée à célébrer tous les tons de peau ". La mort de l'homme noir de 46 ans, George Floyd, après qu'un policier blanc s'est agenouillé sur le cou pendant près de neuf minutes, a provoqué une réévaluation du racisme et déclenché des protestations à travers le monde.

Géant américain, Johnson and Johnson a décidé d'aller plus loin, en interdisant cette semaine la vente de substances éclaircissantes conçues pour l'Asie et le Moyen-Orient.

Plusieurs groupes américains ont annoncé leur intention de modifier leur identité visuelle, tels que Mars, qui dit réfléchir à faire évoluer son célèbre Oncle Ben.

Ou encore Colgate-Palmolive, qui veut "réexaminer " ses dentifrices Darlie vendus en Asie, dont le nom signifie "dentifrice pour personne noire " en chinois. La marque s'appelait jusqu'en 1989 Darkie, une injure raciale.

Share