Didier Raoult entendu par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale — Coronavirus

Share

La commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée nationale française va auditionner ce mercredi le Pr Didier Raoult.

Sur son départ du conseil scientifique, créé le 11 mars pour aiguiller le gouvernement, il s'explique: "J'étais un ovni, il n'y avait pas de compatibilité scientifique entre nous", et il a regretté que les questions qui y étaient discutées, comme celle du confinement "ne le concernaient pas".

Le chercheur a également mis en cause le recours excessif aux modélisations mathématiques, une "croyance (.) qui finit par être de la religion".

Didier Raoult a renouvelé l'affirmation selon laquelle certains détracteurs de l'hydroxychloroquine seraient financièrement liés au laboratoire Gilead, fabricant du remdésivir, autre molécule dont l'efficacité est testée dans le traitement du Covid-19.

"Quand j'ai parlé pour la première fois de la chloroquine, j'ai été menacé à plusieurs reprises par celui qui a reçu le plus d'argent de Gilead depuis six ans", a affirmé le directeur de l'IHU.

"Vous avez porté des accusations extrêmement graves", a résumé en conclusion Éric Ciotti (LR), rapporteur de la commission, assurant que ses membres allaient "explorer cette voie" et "en tirer toutes les conséquences". "S'il y a une épidémie de coronavirus actuellement en Nouvelle-Zélande qui débute, on peut se dire: mon Dieu, il est bien possible que nous en reprenions et qu'elle devienne saisonnière l'année prochaine pendant la saison froide". "(.) Que l'État se saisisse de tâches qui sont du soin usuel à la place des médecins et leur interdise des choses qui sont banales, je ne suis pas d'accord", a-t-il argumenté.

Il défend son approche: "Je reste convaincu que l'on a sauvé des gens pas seulement avec le traitement mais parce que l'on s'est occupés d'eux: on les a hospitalisés, oxygénés, on leur a donné des anticoagulants, c'est ce qui fait une grosse différence", défend-il.

Dernier député à le questionner, le généticien Philippe Berta (MoDem) est presque parvenu à le faire sortir de ses gonds en l'interrogeant sur ses "pseudo essais thérapeutiques pas recevables par qui que ce soit". Je sais ce que c'est qu'un Conseil scientifique.

Share